Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

KANYE WEST - The College Dropout

, 12:29 - Lien permanent

Voilà. Ca serait donc lui, Kanye West, qui porterait haut les couleurs du rap dans les années 2000. Il serait sa star, son porte-drapeau, à égalité avec un Jay-Z dans l'ombre duquel il était apparu. Notre homme, en effet, s'était d'abord fait connaître en produisant quelques titres du très prisé The Blueprint. Ayant également collaboré avec Jermaine Dupri, Mase, Goodie Mob et l'ensemble de l'écurie Roc-A-Fella, il était un produit de l'intelligentsia rap. Et pourtant, son premier album était à rebours du hip-hop tel qu'il se pratiquait alors, auprès du grand public.

KANYE WEST - The College Dropout

Roc-A-Fella :: 2004 :: acheter ce disque

A l'image de sa pochette très décalée, il marquait une rupture avec la mystique du gros dur qui dominait alors, et qui avait atteint son sommet l'année d'avant avec le succès de 50 Cent. Kanye West, lui, n'avait pas grandi dans la rue, son registre était différent, plus personnel, plus intime : il s'épanchait sur sa vie sur le long finale "Last Call", traitait du racisme au travers de son vécu personnel ("Never Let Me Down"), se confiait sur l'accident qui avait bien failli lui coûter la vie ("Through the Wire"), nous relatait son expérience scolaire ("School Spirit"), nous parlait de sa famille ("Family Business") et de sa relation au Christ ("Jesus Walks").

Le rappeur se faisait également chroniqueur social, mais de manière assez ambigüe et contradictoire, critiquant le consumérisme sur "All Falls Down" tout en reconnaissant en être la victime, célébrant et dénonçant à la fois la drogue sur "We Don't Care". Brouillant les frontières, West conciliait les deux hip-hop, celui des m'as-tu-vu flamboyants de Roc-A-Fella et le rap conscient de Talib Kweli et Common, d'ailleurs invités sur ce disque. Il réunissait même les deux registres au sein d'un seul titre, cet étincelant "Two Words" avec Mos Def et Freeway.

La rupture concernait également les beats. Avec Kanye West, le hip-hop prenait un tour inhabituellement mélodique et luxuriant, en recourant abondamment aux chants, au violon de Miri Ben-Ari et à ces samples de soul accélérés qui étaient sa marque de fabrique. Mieux que n'importe quel autre rap, celui-ci portait l'héritage de la Great Black Music, le rappeur lui rendant un hommage appuyé sur "Slow Jamz", et investissant ses vieux thèmes, la libération, l'afro-futurisme, avec "I'll Fly Away" et "Spaceship". Apprécié autant de la critique que du public, Kanye West ne ferait toutefois pas l'unanimité. Quelle que soit la qualité de ses textes et de ses sons, il n'était pas un MC d'exception. Ceux pour qui du bon rap, c'est avant tout un bon rappeur, n'y trouvaient pas toujours leur compte. Ils devaient pourtant s'habituer. Car à l'aube du nouveau siècle, le rap, ce serait Kanye.

Vos 5 albums / mixtapes 2004

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2004. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet