Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE MAKE-UP - Save Yourself

, 22:13 - Lien permanent

Les gens de The Make-Up n'ont pas toujours sorti des disques à la hauteur de leur talent. Comment, en studio, capturer la classe, la sensualité et l’énergie d’un Ian Svenonius ? Comment apprivoiser sur un simple objet ce mélange de rock 50’s et de Black Music d’autrefois, cette mixture où l’on retrouve des bouts de soul, de gospel, de rhythm’n’blues et de psychédélisme, mais passés au filtre du punk hardcore américain ? Comment rendre pertinente autrement que sur scène cette musique où l’on respire à plein poumon les odeurs du foutre et de la sueur ?

THE MAKE-UP - Save Yourself

K Records :: 1999 :: acheter ce disque

Save Yourself, le dernier album du groupe, n’atteint pas totalement à cet objectif, mais il s’en approche. S’il est inégal ou, pour être moins sévère, si tous les titres ne font pas mouche, une diversité de sons (la cloche de "The Bells", la trompette de "C'Mon, Let's Spawn", etc…) et une production d’une grande netteté révèlent quelques morceaux parmi les plus puissants jamais enregistrés par le Make-Up.

L’introductif "Save Yourself" est de ceux-là, avec sa montée en puissance, avec sa basse oppressante qui passe le relai à une guitare mordante, de même que le très 60’s "I Am Pentagon", avec ses tintements et son orgue chaleureux, que le joliment pop "Call Me Mommy", et que cette fin d’anthologie, une adaptation très libre et somptueuse de "Hey, Joe", en crescendo, à deux voix, et qui s’achève par un retour en rut du dit Joe, de sa guitare, de sa grosse caisse, de ses cymbales, en une grandiose apothéose où Svenonius se montre plus que jamais habité et stylé.

Sur Save Yourself, le Make-Up a tiré profit de la production attentive de Brendan Canty, le batteur de Fugazi. Pourtant, et c’est tant mieux, il ne s’est pas assagi. Sans avoir jamais vu Svenonius se livrer en concert, il est impossible de ne pas visualiser la scène, de ne pas voir ce chanteur en perdition, mais voluptueux, d’un sex appeal à rendre jaloux un Mick Jagger au faîte de sa splendeur, se livrer à une catharsis extrême et totale, s’abandonner et se contorsionner pendant qu’il déclame ses prêches détournés par le Malin, ces harangues où les objets d’adoration, en lieu et place de Dieu, sont devenus la femme, la chair, le sexe.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet