Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MIGALA - Asi Duele un Verano

, 22:38 - Lien permanent

Des cris de mouette, le ressac de vagues, une corne de brume, le bois d’un vieux rafiot qui craque et, pour paraphraser l’autre, un accordéon rance ("Wait The Ships Come Back"). Toute une série de bruitages pour signifier que le thème de cet album tournera autour de l’eau, de la mer, du voyage. Ensuite, une guitare, des cordes tristes, un rythme terriblement lent, puis une voix, morne et grave, alternant entre des couplets façon spoken word et un refrain aux faux airs de Tom Waits ("The Whale"). Une curiosité synthétique, sorte de sonar bizarre, voulant nous plonger dans les profondeurs sous-marines ("320m To The Surface").

MIGALA - Asi Duele un Verano

Acuarela :: 1998 :: acheter ce disque

Dès le début de leur deuxième album, le premier à s’être frayé un chemin jusqu’en France, le plus réussi, aussi, Migala balayait tout ce que l’on croyait savoir de la musique espagnole. Pour nous, pauvres touristes, elle se résumait à quelques souvenirs d’été festifs, aux rythmes frénétiques de la makina, ou au très démonstratif flamenco. C'est à cela que nous étions préparés. Mais sûrement pas aux mélodies amères et lentes que proposait cet étonnant sextet madrilène.

Tout à coup, Migala révélait qu’en Espagne, existait une scène cousine du rock éthéré et neurasthénique de San Francisco, ou du néo-folk aride et désolé de Will Oldham et de son Palace ("On Not Given Farewells...", "When I Go, I Go") ; qu’il y avait des artistes capables d’instrumentaux doucement expérimentaux dans la lignée du post-rock (témoin la lente introduction de "Low of Defenses", ou les violons et synthétiseur de "Guetaria") ou de petites ritournelles rétro dans un style très Yann Tiersen ("Dactylographique") ; que le spleen avait sa place au pays du soleil éternel, que Smog et Bill Callahan avaient des cousins à Madrid.

Et il ne s’agissait pas de vils copieurs. Non. Le magnifique et morriconien "Gurb Song", le délicat "Ancient Glaciar Tongues", un "Regular Storm Sounds" presque up-tempo, étaient de vrais bons titres poignants et originaux. L’album était d’une consistance et d’une solidité à toute épreuve. Les piano, accordéon et violon étaient dosés avec attention, ils coloraient les guitares aux moments les plus fortuits. Comme le confirmerait la distribution de l'album suivant, Arde, par Sub Pop, Migala avait sa place chez ses homologues américains, il était leur égal.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet