Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BLACKALICIOUS - Blazing Arrow

, 22:29 - Lien permanent

Il y a deux façons de mal vieillir pour des rappeurs. Quand tu es vrai, quand tu es dur, quand tu es gangsta et que tu viens du ghetto, tu tends à être sensible aux sirènes de l’argent, de la compromission, du tape-à-l’œil et du populisme. Mais quand tu es un rappeur middle-class et lettré, politiquement conscient et plein d'ambitions artistiques, tu cherches à t’inscrire dans la noble tradition des musiques noires, tu invites Gil Scott-Heron pour bien montrer que le hip-hop ne sort pas de n’importe quoi, ou bien tu convies une figure consensuelle comme Ben Harper, et tu finis par proposer de l'adult rap aussi creux qu’inutilement chiadé.

BLACKALICIOUS - Blazing Arrow

MCA :: 2002 :: acheter ce disque

Après avoir apporté leur pierre à ces années très riches et très créatives, rapologiquement parlant, qu’ont été celles de la décennie 90, les gens de Solesides ont, dans la période suivante, été symptomatiques de cette dérive, de cette inutile quête de respectabilité d’un rap devenu adulte et qui voulait entendre parler de choses plus présentables que des guns et des bitches. Et cela s’est passé très vite, puisque ce Blazing Arrow décevant n’a suivi l’excellent Nia que de trois ans.

Cependant, ce deuxième album de Chief Xcel et Gift of Gab est sorti il y a déjà longtemps, et l’on sait à quel point le temps est un bon juge. Alors, la déception était elle fondée ? N’était-ce pas là l’éternel réflexe des puristes, de gens jaloux, nous, mécontents de voir un de leurs groupes fétiches signé sur une major et recueillir des critiques bienveillantes de la presse grand public ? Certains n’avaient-ils pas eu la même réaction épidermique quand, après avoir écouté Nia, ils avaient déclaré que tout cela ne valait pas la première œuvre du duo, le culte Melodica EP ? Bref, Blazing Arrow ne mérite-t-il pas d’être redécouvert et revalorisé ?

Hé bien la réponse est… non, pas tout à fait. Il y a bien quelques titres à sauver, ultimes témoignages du Blacka le plus frais et le plus inspiré, comme le morceau titre, "Blazing Arrow", servi par une basse sautillante et un sample de Harry Nilsson magnifiquement employé, un "Sky Is Falling" saccadé et animé de chœurs féminins malins, et l’intervention citée plus haut de Gil Scott-Heron sur "First in Flight" se montre convaincante. On retrouve aussi le Blackalicious qu’on aime sur le titre issu du premier maxi, un très doux "Make You Feel That Way". Et les trois parties de "Release" sont également bien négociées, avec le spoken word abouti de Saul Williams, et un Zach de La Rocha venu faire ce qu’il sait le mieux, brailler.

Mais à part ces passages concentrés au début puis à la fin du disque, Blazing Arrow est tout de même très moyen. Avec cette formule mollement funky, avec ces chants mous du genou, avec ces chœurs féminins soulful, mais finalement assez proches des roucoulades R&B, ça s’inscrivait pile poil dans une vague nu-soul et "rap conscient" nauséabonde, comme l'indiquait la présence de tous ces gens, des Hi-Tek, des Dilated People, des Jurassic 5, représentatifs de la portion la plus triste et la plus faussement audacieuse du rap indé, de son intelligentsia.

Ce n’est pas que les deux hommes aient perdu de leur savoir-faire. The Gift of Gab demeurait un satané MC, il suffit d’écouter "Paragraph President" et "Chemical Calisthenics" pour s’en convaincre. Quant à la production soignée de Chief Xcel et de ses collaborateurs, elle atteint des sommets de diversité. C’est très pro. Et ça n’est même pas si loin que ça de Nia, où l’on trouvait déjà ce hip-hop métissé et ouvert, cet esprit positif et progressiste. Mais il manque la fraîcheur, la spontanéité et les aspérités. Blazing Arrow, c’est trop souvent du hip-hop chiant comme il existe malheureusement du jazz chiant, de la soul chiante. C’est adulte, c’est middle-of-the-road, et l’on sait à quel point tout cela ne sied pas bien au rap.

Vos 5 albums / mixtapes 2002

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2002. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le jeudi 28 janvier 2010, 20:40 par Lebow'

"Il y a deux façons de mal vieillir pour des rappeurs. Quand tu es vrai, quand tu es dur, quand tu es gangsta et que tu viens du ghetto, tu tends à être sensible aux sirènes de l’argent, de la compromission, du tape-à-l’œil et du populisme. Mais quand tu es un rappeur middle-class et lettré, politiquement conscient et tout plein de velléités artistiques, tu cherches à t’inscrire dans la noble tradition des musiques noires, tu invites Gil Scott-Heron pour bien montrer que le hip-hop ne sort pas de n’importe quoi, ou bien une figure consensuelle comme Ben Harper, pour imposer le respect, et tu finis par balancer un adult rap aussi creux qu’inutilement chiadé."

je crois que tu as tapé juste! c'est exactement ça, malheureusement

2. Le mardi 9 février 2010, 07:40 par frank brickowski

Plutôt que d'écouter Blazing Arrows, réécoutez Nia. Il a mal vieilli je trouve et je me suis passablement ennuyé d'y revenir. "C’est trop souvent du hip-hop chiant" pourrait s'appliquer aussi ici.
Les rappeurs vieillissent souvent mal. Leurs œuvres aussi parfois.

3. Le mardi 9 février 2010, 08:37 par codotusylv

@frank brickowski : Réécouté Nia récemment, et non. Ce n'est pas un disque sans faille, il y a quelques longueurs et passages en trop. Mais ça demeure un excellent album, bien au-dessus de Blazing Arrow.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet