Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE BROTHERHOOD - Elementalz

, 23:02 - Lien permanent

La première théorie concernant le rap anglais, c’est qu’il n’a jamais vraiment existé. A la manière de beaucoup d’autres scènes hip-hop nationales, il n’aurait produit que de pâles copies des originaux américains, des Nextmen et des Creators sans grande saveur, et qui n’auraient jamais fait avancer le schmilblick. La seconde, la plus juste, est que le hip-hop aurait effectivement fait souche en Angleterre, mais qu’il se serait transformé au contact de la rave culture, et qu'il serait devenu en fait des genres aussi différents que le trip-hop ou le grime.

THE BROTHERHOOD - Elementalz

Virgin :: 1996 :: acheter ce disque

Elementalz, cependant, contredit ces deux thèses. Avec The Brotherhood, on n’avait clairement pas affaire à du hip-hop crossover et mutant. Certes, avec leur accent prononcé, avec leurs allusions à Gary Glitter, Eric Cantona ou Camilla Parker Bowles, avec leur ancrage dans la culture populaire britannique, avec leurs subtiles chroniques de la rue londonienne et du quotidien anglais ("You Gotta Life" et ses paroles brillantes sur le racisme ordinaire), les rappeurs affirmaient leur spécificité nationale. Ils la revendiquaient même, s’en prenant par exemple aux MCs trop soucieux de singer leurs inspirateurs américains ("British Accent").

L’album, par ailleurs, était produit par The Underdog alias Trevor Jackson, quelqu’un de fermement ancré dans la club culture anglaise, venu sampler ici du King Crimson et du Soft Machine, proposer quelques curiosités comme le beat de l’ego-trip "Punk Funk", et qui démontrera plus tard une sensibilité multi-genres typiquement anglaise en faisant démarrer Fridge et Four Tet sur son label Output, en produisant ou remixant U2 et Massive Attack, et en collaborant avec Edwyn Collins, Roddy Frame, Kathleen Hanna et d’autres avec son projet Playgroup.

Pourtant, pour l’essentiel, ce rap là ressemblait encore furieusement à son compère d’Outre-Atlantique. Pour être plus précis, il s’inspirait outrancièrement de la formule développée du côté du Boot Camp Click : percussions martiales, basses profondes, beats atmosphériques, raps tranchants, posture hardcore et chœurs guerriers. Autre preuve de cette filiation, s’il en était besoin, le redoutable "How many MC's" de Black Moon était samplé sur Elementalz. Mais ici, pour une fois, avec ces rappeurs aux flows, aux textes et à l’inspiration irréprochables, avec des titres aussi extraordinaires que l’appel à l’unité de "One 3", le jazzy "On the Move", "Clunt Click", "One Shot", "Nominate" et un fantastique "Goin’ Underground" aussi suave que sombre, ces copieurs se montraient dignes de leurs modèles.

Dommage qu’après cette sortie tonitruante chez une major, Shyloc, Spyce et Mr Dexter n’aient quasiment plus jamais fait parler d’eux, laissant The Underdog poursuivre seul la carrière que l’on sait. Car à peu de chose près, si sa moitié de titres simplement bons avaient été comme tous les autres, tout bonnement excellents, Elementalz aurait été rien de moins qu’un autre Enta da Stage.

Vos 5 albums / mixtapes 1996

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1996. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

1/5

  • Note : 1
  • Votes : 1
  • Plus haute : 1
  • Plus basse : 1

Commentaires

1. Le lundi 18 janvier 2010, 03:30 par namor

Pour le côté "je singe les américains", jetez une oreille sur le premier effort du groupe ("XXIII") sorti en 93....

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet