Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - Henry's Dream

, 23:06 - Lien permanent

Assurément, Nick Cave n’est pas l’artiste d’un seul album. Son œuvre est si riche que plusieurs de ses disques peuvent postuler sans difficulté au titre de classique. Tender Prey, Let Love In ou le plus récent No More Shall We Part sont souvent cités. Certains puristes vont leur préférer l’ardu et abrasif The First Born in Dead, ou remonter jusqu’à Birthday Party. Le dépouillé The Boatman’s Call a autant de détracteurs acharnés que d’admirateurs béats. Kicking Against the Pricks est sans conteste un jalon. Le grand public s'en souvient pour les duos de Murder Ballads. Et ceux qui préfèrent le Nick Cave apaisé mettent en valeur The Good Son.

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - Henry's Dream

Mute :: 1992 :: acheter ce disque

Henry’s Dream, cependant, n'occupe pas une place de choix dans la discographie de l’Australien. Il serait presque un oublié. Nick Cave lui-même n’appréciait pas beaucoup ce disque sorti en 1992. Il l’avait presque renié, mécontent de la production d’un David Briggs recruté pour son travail passé avec Neil Young.

Curieux, car le disque que révèle cette pochette signée Anton Corbijn est l’un de ses plus solides. Il est aussi une synthèse de tous les Nick Cave, le punk, le bluesman et le crooner, l’auteur obsédé par le Deep South américain et par les thèmes bibliques, celui des complaintes enfiévrées ("Brother, My Cup Is Empty", "When I First Came to Town", "Jack the Ripper"), des visions hallucinées ("I Had a Dream, Joe") et des chevauchées fantastiques ("Papa Won’t Leave You, Henry"), comme celui des ballades tragiques ("Straight to You") ou des titres inquiétants ("Christina the Astonishing", "John Finn's Wife", le fort "The Loom of the Land").

Son écriture littéraire et son style enflammé y sont à leurs sommets. Ses paroles crépusculaires font d’Henry’s Dream un concept album accompli, qui semble nous relater une même histoire, la course morbide d’un damné dans un monde infernal envahi par le stupre, l’adultère, le meurtre, la violence et l’alcool, bref, le péché, et sous la menace ici d’une sainte vengeresse ressuscitée, là d’un dieu colérique. C’est éloquent. C’est même grandiloquent, mais dans le bon sens du terme.

Pourtant, il est vrai que ce disque souffre d’un relatif déficit d’intensité. Le chanteur navigue entre ses registres les plus coutumiers, mais sans aller au bout ni de son numéro de furieux possédé, ou d’homme mûr faussement apaisé, sans jamais barrer dans une seule direction, comme sur d’autres albums plus focalisés.

C’est le défaut d’Henry’s Dream, mais c’est aussi sa grande qualité : il présente toutes les facettes de Nick Cave. Mélodique, orchestré, riche en cordes et en orgue, flirtant avec le mélo, mais bien trop brut pour y sombrer, il est aussi l’un de ses albums les plus accessibles. Un disque mineur pour le chanteur, peut-être, mais un grand disque quand même, et une porte d’entrée idéale vers l’œuvre parfois ardue du ténébreux Australien, pour qui n’a encore jamais osé s'y perdre.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet