Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ROMA DI LUNA - Casting the Bones

, 19:42 - Lien permanent

Pour son dernier numéro, le magazine musical Volume a eu la bonne idée de concocter un dossier sur le revival folk des années 2000, et de classer ses représentants en 8 familles. Il en a cependant oublié une qui, de la nébuleuse Anticon aux titres les plus dépouillés de Ceschi Ramos, en passant par les disques chiadés d'Astronautalis, mérite autant de considération. Cette famille, qu'on a pu nommer folk hop (why not?), c'est celle des anciens rappeurs qui ont laissé tomber l'ego-trip et les platines pour le plaisir rustique d'une guitare sèche.

ROMA DI LUNA - Casting the Bones

Autoproduit :: 2008 :: romadiluna.com :: acheter ce disque

Roma di Luna s'est avancé plus loin encore que tout autre sur cette voie. Co-fondé par Alexei Casselle, autrefois connu sous le nom de Crescent Moon, membre d'Oddjobs, l'un des groupes importants du mouvement rap indé apparu autour de l'an 2000, ce duo a perdu tout lien avec le rap : pas de storytelling malin et facétieux, pas de réminiscence dans le phrasé des exercices stylistiques propres aux MCs. Le couple formé par Casselle et par sa femme Channy Moon est retourné pour de bon à la source, celle d'une musique dépouillée, aussi froide, sombre et désespérée que les vastes plaines du Mid-West dont sont originaires les époux.

Poursuivant l'évolution déjà constatée sur Find Your Way home, le couple Moon Casselle s'est encore assagi, il sonne moins brut. L'intensité dramatique de Face of My Friends, leur premier album, est loin. Plus habillé et mieux produit que les autres, renforcé par une équipe de musiciens et par d'autres instruments que les guitare et violon qui suffisaient au couple jusqu'à ce jour, Casting the Bones apparaîtrait même plus quelconque, quasiment middle-of-the-road. Il assimile avec tant de respect les codes et les clichés des musiques blanches américaines, folk et country, leurs chants de désespoir et d'amours déçus, leurs banjos et leurs slide guitars, qu'il finit par sembler extrêmement familier, mille fois entendu.

Et pourtant... La voix de femme-enfant de Channy Moon est plus pénétrante que jamais ("Wildfire", "Silver Dagger", "Pearls for Pigs"), les lancées solo de son époux plus captivantes que sur les autres sorties ("I Can't Afford to be Broke", "I'm Gone"), le contraste entre passages habités et moment de quiétude est optimisé. Plus homogène que ne l'étaient ses prédécesseurs, aussi prenant, mais plus abouti encore, Casting the Bones parachève la mue d'Alexei Casselle, l'une des reconversions les plus frappantes et convaincantes qu'un rappeur ait connu.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le dimanche 12 octobre 2008, 11:04 par geL-

Tu donnes envie...
Surtout quand on a aimé les deux précédents!

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet