Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PHILIPPE ROBERT - Great Black Music

, 16:28 - Lien permanent

Le troisième livre de Philippe Robert pour Le Mot et le Reste est présenté comme le pendant du premier, Rock, Pop, Un Itinéraire Bis en 140 Albums Essentiels, comme son jumeau pour les musiques black. Cependant, la démarche est ici très différente. Cette fois, le critique rock ne cherche pas à établir une liste d'albums alternative à celles, interchangeables et sans imagination, publiées régulièrement dans les magazines. Ce nouveau volume n'est pas avare en découvertes, trésors cachés et lost classics, mais contrairement à celui sur le rock, qui mettait entre parenthèses les oeuvres des Beatles, de Dylan et de Led Zep pour en privilégier d'autres, moins expossées au grand public, Great Black Music ne fait pas l'impasse sur les artistes connus et reconnus que sont Billie Holiday, John Coltrane, Ray Charles, Marvin Gaye, Stevie Wonder, Bob Marley, Michael Jackson et Prince.

PHILIPPE ROBERT - Great Black Music

Le Mot et le Reste :: 2008 :: acheter ce livre

Le fil conducteur est autre, et c'est dans la préface signée Florent Mazzoleni qu'il faut en trouver l'exposé. Ce texte, tout comme les commentaires de disques qui suivent, rappelle qu'il existe une histoire commune des musiques Black, qu'ils sont tous liés à la longue lutte des Noirs pour leur reconnaissance et pour leurs droits. Ce besoin premier peut se traduire en engagement politique et spirituel ou, au contraire, dans l'hédonisme, l'érotisme et l'exacerbation des sens. Il a donné naissance à des genres aussi distincts que le jazz, le blues, la soul, le funk, le philly sound, le reggae, l'afro-beat, le disco, le rap, voire le rock des Bad Brains. Mais au fond, tout cela relève de la même logique, des mêmes motivations.

Philippe Robert montre qu'il existe une matrice commune à toutes ces musiques, notamment lorsqu'il présente les connexions entre les auteurs de tous ces albums, quels que soient leurs registres, qu'il s'agisse d'oeuvres difficiles et expérimentales ou de disques à consommation rapide. Indirectement, il démontre qu'il serait impossible d'étudier chacun de ces styles de façon cloisonnée, en faisant fi des influences réciproques de l'un à l'autre, ou en oubliant que quelques artistes, dont Herbie Hancock est le représentant le plus évident, ont su s'illustrer dans des genres distincts. Ce faisant, l'auteur présente une sélection aussi riche, pertinente et avertie qu'avec son livre sur le rock, suggérant pour chaque album d'autres pistes, d'autres artistes, d'autres disques, tant et si bien que Great Black Music est une source presque inépuisable de suggestions d'écoute, qu'il va bien au-delà des 110 objets annoncés. Et qu'en cela, il remplit la même mission que Rock, Pop.

Les rares défauts de cet ouvrage, eux aussi, sont les mêmes que pour l'autre : le livre pâtit d'un style un peu lourd, ainsi que d'un traitement superficiel de la période récente. Le rap, par exemple, même dans les listes complémentaires qui apparaissent en fin de livre, n'est représenté que par des disques habituellement cités par la critique rock. Une fois encore, pour les années 90 et 2000, Philippe Robert préfère des artistes passéistes qui, tels Mos Def et Meshell Ndegeocello, actualisent les musiques noires des années 60 et 70, ceux qui évoquent ce qu'il a aimé de cette époque, plutôt que ceux qui ont continué vraiment à les faire vivre et à les faire évoluer. Cette réserve pèse bien peu, cependant, comparée aux nombreuses heures que nous allons passer encore à dénicher, à découvrir ou à redécouvrir avec curiosité ou plaisir tous les trésors cités dans ce nouveau volume.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi 22 février 2008, 00:21 par Kith

"le livre pâtit légèrement d'un style parfois roboratif" : je ne suis pas sûre de comprendre cette phrase ! En fait, je pense que tu n'as pas écris le mot auquel tu pensais : "roboratif" pour "rébarbatif" peut-être ? (ou alors j'ai vraiment pas saisi ce que tu voulais dire !).

Personnellement, j'ai du mal avec le style de P. Robert, je le trouve pénible et ça m'a un peu gâché la lecture de Rock, pop...

Mais ça ne m'empêchera pas de me procurer ce Great Black Music qui a l'air très enrichissant !

2. Le vendredi 22 février 2008, 08:35 par codotusylv

Tu as raison. J'ai mal employé le terme "roboratif". Je voulais dire quelque chose comme "trop chargé", "trop lourd", "gavant". Je viens de le remplacer par un mot plus approprié.

3. Le mercredi 19 mars 2008, 21:51 par Nicolas

J'avais bien aimé "Rock, Pop, Un Itinéraire Bis...". Philippe Robert est même à mon sens l'un des seuls journalistes qui donnent envie de feuilleter les Inrocks...

4. Le jeudi 20 mars 2008, 10:22 par classmannequin

moi je le trouve bien ce livre, presque tous ceux publié par le mot et le reste: à conseiller aussi Eric Dolphy et l'histoire du Krautrock chez le même éditeur.

5. Le lundi 12 mai 2008, 12:17 par DJ Chud

J'ai trouvé le "great black music" intéressant mais finalement décevant quant aux choix des albums.
Il semblerait que Ph. Robert s'intéresse davantage aux paroles militantes qu'à la musique. Et c'est bien dommage ! Ph. Robert a une culture musicale impressionnante mais il préfère certainement discuter musique que danser... Pourtant le gars a d'innombrables références ! Mais il lui manque l'esentiel: l'Oreille Musicale.

6. Le lundi 12 mai 2008, 14:14 par codotusylv

Philippe Robert a une oreille musicale, rassure-toi. C'est juste qu'elle fonctionne sans doute différemment de la tienne.

Quant à la dimension militante de la black music, et en particulier des paroles, je doute qu'on puisse en faire abstraction. La thèse défendue dans le bouquin selon laquelle toutes les musiques noires ne peuvent se comprendre indépendamment des mouvements pour les droits civiques et pour la fierté black est quand même assez justifiée, et c'est un euphémisme. Par ailleurs, Philippe Robert n'oublie pas la danse et la sensualité exacerbée des musiques black, ça revient à peu près autant que les considérations politiques dans ses commentaires de disque.

Quels albums te paraissent manquer cruellement à cette liste ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet