Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TOOLSHED - Relapse

, 22:02 - Lien permanent

Quatrième album de Toolshed, quatrième disque long format pour les truculents rappeurs de London, et la formule est quasiment inchangée. Mais franchement, qui s’en plaindrait ?

TOOLSHED - Relapse

Backburner :: 2006 :: acheter ce disque

S’il existait un concours officiel des meilleurs rappeurs non signés, Toolshed aurait pu gagner plusieurs fois. Le groupe de London, Ontario, a beau avoir produit trois albums plus impeccables les uns que les autres, tous sont sortis en autoproduction. Mais depuis l’aventure des Sequestrians et ce quatrième disque sorti fin 2006, c’est sur Backburner que ce trio ô combien atypique propose son rap endiablé. Oh, le label de Jesse Dangerously, Bending Mouth, Wordburglar et Johnny Hardcore n’est certes pas le plus illustre et le plus exposé de la scène rap, fut-elle canadienne. Mais cela fait plus sérieux, et c’est peut-être un premier pas timide vers une exposition méritée. En tout cas, Timbuktu, Choke et Psybo semblent avoir saisi l’occasion pour sortir un de leurs disques les plus festifs, comme en témoignent des "Texas Rangers", des "Irish Carbomb" et des "Random Update" plus entraînants que jamais, même si le noir "Relapse" et le lent "Last Time" final avec Selfhelp de Bending Mouth apportent ce qu’il faut de contraste.

Mais pour l’essentiel, les habitués du groupe se sentiront rapidement à l’aise dans ce nouveau disque. Toolshed, c’est toujours un rap à plusieurs voix aussi enjoué qu’au temps de la old school, un hip hop riche en refrains et renforcé par des scratches dynamiques, les samples très organiques choisis par Timbuktu et la présence d’un batteur (Danny Miles) qui tous ensemble donnent aux beats l’impression d’être taillés pour le live. A cela s’ajoutent les nécessaires exercices ludiques comme ce "Wookie Boots" infesté de références à Star Wars, de "La Marche de l’Empire" aux grognements de Chewbacca, et qu'ils ont longtemps proposé sur leur myspace. La formule est si constante qu’il est toujours aussi difficile de hiérarchiser un disque de Toolshed par rapport à ses prédécesseurs et que ça en devient même lassant, parfois ("Known Aim" avec Fritz tha Cat). Mais dans l’ensemble, c’est du bonheur.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet