Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE 5 HEADED RETARD - This is Awful... I Love It!!!

, 11:29 - Lien permanent

Une plaisanterie, un gag, une farce, une pantalonnade que ce disque collectif sorti il y a 6 ans chez Low Pressure. Un long délire successivement insupportable et génial. Et sans nul doute, une pièce de collection de choix pour les fans hardcore de rap indé canadien.

THE 5 HEADED RETARD - This Is Awful... I Love It!!!

Low Pressure :: 2001 :: acheter ce disque

"This CD is not normal". Ou encore : "file under rap/comedy". Tels sont les avertissements qui apparaissent sur cet OVNI musical. Pour le reste, très peu d’indications derrière le gribouillis qui fait office de pochette, hormis ces lyrics délirants recopiés en tout petits caractères. La sortie sur Low Pressure indique que DJ Moves et sa bande sont dans le coup et le nom de mcenroe apparaît en toutes lettres. Mais les autres pseudos listés, tous plus fantaisistes les uns que les autres (Downslindrum, Head One, Two, Three, Four et Five, Stupid, Stinky, Ferret, Hobgoblin, Robocop Two) ne donnent pas d’indication précise sur qui sont précisément ces 5-Headed Retard et leurs compères les Moondogs. Il faut se plonger dans le disque pour découvrir : 1 – que le délire annoncé est bel et bien au rendez-vous ; 2 – que c’est toute l’écurie Low Pressure, plus quelques autres compères canadiens, qui se sont embarqués dans cette pantalonnade.

Petit à petit, outre mcenroe, se reconnaissent Josh Martinez et sa voix de trublion, Orakull le péquenaud stylé ou encore Governor Bolts. Et tous ces gens se lâchent, abordant des sujets aussi délirants qu’une promenade avec un chien à trois têtes ou que le régime alimentaire des hippopotames, multipliant les skits débiles, entonnant des refrains sans queue ni tête façon "salle de bains, maintenant, aujourd’hui !" (en Français s’il vous plait), poussant à l'extrême les poncifs du rap, changeant de sexe pour satisfaire des fantasmes d’ados libidineux ("The She-Tard"), se lançant dans une sorte de long posse cut sur des sons qui virent au grand n’importe quoi ("Mopery", "The She-Tard").

Fatalement, au bout du compte, un tel disque tient plus de la curiosité que de l’indispensable rap indé. Mais certains des titres produits par Downslindrum / DJ Moves sont réjouissants pour de bon, comme "Rap, Wrap, Rap" et son irrésistible gimmick sonore. Et comme le disque réunit plusieurs MC’s phares du hip hop canadiennes, certains fans hardcore de cette scène, votre serviteur le premier, estimeront complètement nécessaire d’en faire une pièce de leur collection, et ils s'exclameront à leur tour : "c'est horrible... j'adore !!!".

PS : avant de clore, un coucou à l'ami Ash Boltagone, qui fut le premier à parler de cet album, à cet endroit

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet