Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SANKOFA - The Tortoise Hustle

, 21:37 - Lien permanent

Des années après ses débuts, dans la confidentialité, Sankofa poursuit sa route. The Tortoise Hustle, nouvelle sortie disponible en édition numérotée et limitée à 250 exemplaires, est le dernier épisode de la carrière de cette figure de proue historique des Internet MCs. Et cette longévité, quelque part, c’est la marque des vrais artistes, de ceux qui ont vraiment des choses à dire.

SANKOFA - The Tortoise Hustle

Obese America :: 2007 :: acheter ce disque

Sur ce disque produit par El Keter (plus quelques sons d’Ognihs, de Dagger, de FANGFACE et du rappeur lui-même), l’Australo-Américain de Fort Wayne est fidèle à lui-même. Il reste l’un des plus attachants seconds couteaux du rap indé. Cet album est trop long pour éviter quelques moments d’ennui, certains des 16 morceaux présents exhibant parfois des boucles mécaniques et sans âme, par exemple sur "Section 8", un vilain posse cut avec iCON the Mic King et tout plein de MC’s aux noms improbables. Mais quand sa voix grave s’accompagne des beats idoines, comme sur ce "Taken" qui pourrait presque faire un hit avec son sample d’Archie Campbell, Sankofa continue de convaincre.

Malgré des paroles parfois cryptiques, Sankofa n’a jamais vraiment appartenu à la frange expérimentale et crossover du rap indé. Ca se confirme plus que jamais sur The Tortoise Hustle, tant par ses beats d’inspiration majoritairement funk que par les thèmes abordés. Mais ce boom bap atemporel va bien au rappeur. Il peut s’en prendre d’entrée à l’industrie de la musique sur un tonitruant "The Bottom Line", égo-tripper sur "The Zoom-Zip", disserter sur ses godasses sur "Speaking in Tongues" et sur les guerres de religion sur "They All Die" ou payer le tribut rituel à sa maman sur le beau "Hoping", c’est fait avec fraicheur, personnalité, inspiration et talent. Ca ne sent jamais la recette ou le moine copiste trop appliqué sur ce disque. Et c’est précisément pour tout cela que Sankofa, même reclus au fin fond de son antre dans l’Indiana, a gagné le droit de rester éternellement à portée de vue de notre télescope.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le samedi 12 janvier 2008, 05:05 par sankofa

Thanks for reviewing the album. Now to find a capable translator.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet