Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DALEK - Abandoned Language

, 22:25 - Lien permanent

Sur ce quatrième long format, Dälek a conservé ses marques de fabrique. Encore une fois, le groupe de Newark donne dans le mur du son, les ambiances ténébreuses, les basses gigantesques, les paroles virulentes, les admonestations rap, les longs passages instrumentaux. Et toujours, il y a ces scratches discrets et bien sentis, malgré le départ de DJ Still, relevé ici par Rob Swift des X-ecutioners.

DALEK - Abandoned Language

Ipecac :: 2007 :: deadverse.com :: acheter ce disque

Abandoned Language n'est pourtant ni le patchwork inégal de From Filthy Tongue of Gods & Griots (2002), ni la masse sonore brutale qu’avait été Absence (2005). Il se fait plus aéré que son prédécesseur, plus espacé. Plus organique aussi, sur les quelques titres où des cordes apparaissent. Construit autour d’un thème récurrent, celui du pouvoir des mots et du langage, il tient aussi, plus que n’importe quel autre disque de Dälek, plus qu’Absence même, du concept album.

Le premier grand titre de cet album est "Abandoned Language", une entrée en matière de plus de 10 minutes, un titre d’anthologie construit sur l’un des beats les plus lents jamais proposés par Dälek, un modèle de violence retenue, une montée de tension qui a le bon goût de terminer sur une musique paisible plutôt que sur l’explosion attendue. L'autre temps fort, l’impressionnant "(Subversive Script)", se situe à l’autre bout du disque, et il est au contraire l’apothéose attendue, l’aboutissement de la promesse de bruit faite tout au long de l’album.

Entre ces deux extrémités, c'est moins intense, mais Dälek ne commet aucune faute de goût, de l’ambient lent de "Tarnished" au pur instrumental en machine et cordes de "Lynch", restitution fidèle de l’ambiance des films du cinéaste. Rupture dans la continuité, fidèle à la formule ténébreuse habituelle au groupe mais plus accessible et respirable, Abandoned Language permet à Dälek d’entrer dans le club restreint des groupes rap ayant été capables de sortir plusieurs grands albums.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le dimanche 6 mai 2007, 09:04 par SysTooL

Excellente chronique! Je suis d'accord en tout point avec vous, comme le confirme ma chronique de "Abandoned Language" ;-)

A+

SysTooL

2. Le mardi 5 juin 2007, 18:52 par juju

Yes, à la reécoute, il y a vraiment des choses très bien sur ce Dälek, mais du moins bon aussi. Moins certes, mais qui entache l'écoute de l'album dans sa globalité. Mais il y a du très bon ça oui !!

3. Le jeudi 16 avril 2009, 11:04 par etienne

au final et après pas mal d'écoute, j'adore ce disque
une sorte de clouddead les défauts en moins et une réelle tension en plus
c'est dalek qui rappe ?
je sais, c'est con comme question, je connais pas lui

4. Le jeudi 16 avril 2009, 12:22 par codotusylv

Dälek rappe, et Oktopus produit. Ensemble, les deux forment le groupe Dälek.

Sinon, Dälek, c'est encore plus impressionant en live qu'en disque : deux types dégoulinant de sueur à force de se donner à fond, le volume sonore poussé à des niveaux invraisemblables. Rock'n'roll.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet