Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

AIM - Flight 602

, 21:35 - Lien permanent

C’était il y a sept ans, autant dire un siècle. Andy Turner sortait Cold Water Music, le meilleur album de l’écurie Grand Central. Depuis, l’abstract hip hop est sérieusement passé de mode. Mais dans le genre crossover downtempo aux frontières de l’easy listening, AIM continue de s’en sortir plutôt pas mal.

AIM - Flight 602

Atic Records / PIAS :: 2006 :: acheter ce disque

Le terme trip hop est terriblement daté. Il est tellement marqué 90’s qu’il en est devenu un gros mot. Même la notion d’abstract hip hop, ce presque synonyme un poil plus respectable, est déconsidérée. Prenez un artiste comme Andy Turner, plus connu sous le nom d’AIM, rejeton tardif du genre honni, apparu il y a près de 10 ans dans la foulée de gens comme Mark Rae et Steve Christian. Personne ne semble faire grand cas de Flight 602, ce nouvel album de l’auteur de Cold Water Music. Tout au plus une promotion correcte lui a-t-elle valu une poignée de critiques bienveillantes ici et là. Mais il y a de la surprise à le découvrir encore actif après la fin de son ancien label, peut-être même de la méfiance. Pourtant, Flight 602 est tout à fait écoutable, voire plus, et rappelle qu’à l’époque AIM était l’artiste le plus intéressant de Grand Central.

Au fil de ces années, sans s’écarter pour autant de sa base crossover et downtempo, Turner a su varier et élargir sa palette. Sa formule a même connu une métamorphose majeure : elle est devenue lumineuse. L’intitulé de l’album le suggère : AIM donne dans la musique d’aéroport, dans l’easy listening. Des cuivres, des "ouh" et des "ah" sensuels, une pincée de rythmes latins, une flûte enjôleuse, un orgue discret, tels sont quelques-uns des ingrédients qu’il n’hésite pas à employer. Turner garde son calme et sa retenue, mais il sait comment jouer de mélodies enjouées et addictives, comme ‘Smile’ et comme celle qu’interprète Niko sur "Puget Sound".

C’est léger, coulant et gouleyant, même si, en filigrane, Turner laisse entrevoir quelques sujets plus graves ("Pier 57" est en fait une allusion à un centre où avaient été détenus des militants anti-Bush en marge d’une convention du Parti Républicain). La mélancolie pointe encore ci ou là le bout de son nez ("Aberdeen"), mais quand c’est le cas, curieusement, Flight 602 redevient quelconque, sauf peut-être sur "It's Later Than You Think", le titre conclusif, une chanson interprétée à la guitare acoustique et qui jure moins avec le folk rock de mise de nos jours. Dans l’ensemble, et malgré quelques passages un peu creux, ce nouvel album d’AIM s’écoute sans peine et prouve qu’en matière de musique comme ailleurs, il faut parfois se souvenir de ce qui est devenu démodé, et éviter de jeter trop vite les bébés avec l’eau du bain.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mercredi 3 novembre 2010, 03:11 par Professor Pyarelal

Ouai cold water music c'etait pas mal. Mais quand meme,
Grand Central = Fingathing all day every days!

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet