Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BEN.E.FACTOR - With Pain Comes Pleasure

, 21:58 - Lien permanent

Sur With Pain Comes Pleasure, malheureusement, Factor redevient le producteur banal que deux collaborations plutôt réussies avec Awol One et Joe Dub nous avaient récemment fait oublier.

Side Road Records :: 2007 :: acheter ce disque

C’est l’un des grands mystères de la musique, c’est aussi sa magie : l’intérêt qu’on y trouve n’est pas qu'une simple question de forme. Prenons ce disque où le prolifique Factor accompagne les raps de Ben.e Elim. Ses beats ne diffèrent quasiment pas de ceux proposés par le producteur canadien sur deux autres de ses albums sortis récemment, ceux qu’il a conçus avec Joe Dub et Awol One. Ce sont exactement les mêmes titres pépères, les mêmes samples sympas, les mêmes guitares. Pourtant, With Pain Comes Pleasure s’avère moins excitant que les deux autres. Il est moins séduisant, moins attractif, moins charmant.

Le rappeur transparent qu’est Ben.e Elim n’arrange sans doute rien à l’affaire. Mais Factor n’est pas sa victime innocente. Il a sa part de responsabilité. With Pain Comes Pleasure, ce sont aussi des boucles sans élan, des beats de feignasse, des guitares crispantes, des plans mille fois entendus, bref, tous ce qui a toujours été reproché au Canadien. Il ne se passe quelque chose que sur ce "Thanks and Praise" r’n’bisant, ou bien avec le violoncelle de ce "Cold Touch" où Nolto prouve une fois encore que sa jolie voix va parfaitement avec les sons de son ami producteur. Ailleurs, on retrouve le Factor des débuts, ce beatmaker de troisième zone qui s'était fait connaître il y a quelques années par des compilations de division d’honneur atrocement creuses et banales.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet