Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ALIAS - Collected Remixes

, 21:20 - Lien permanent

Plus que jamais, ce sont les défauts d’Alias qui sont en évidence sur cet album de remix. Son excès de délicatesse, ses sons stéréotypés, son absence d’aspérité, cette propension à privilégier le confort d'une formule éprouvée à la prise de risque.

Anticon / Differ-Ant :: 2007 :: acheter ce disque

Il existe plusieurs manières de faire un bon remix. L’une d’elles, c’est de sublimer le titre d’origine, de mettre en valeur son contenu le plus remarquable, d’en ôter le superflu et d’y rajouter ce qui manque. Une autre méthode est de se l’approprier, de le transformer totalement, de reprendre tout ou partie de ses ingrédients pour en faire une œuvre en soi, sans grand rapport avec l’original. On peut aussi changer le contexte d’origine, prouver que le morceau fait toujours mouche dans une ambiance ou sur un tempo différent, en modifier le sens. Les possibilités sont nombreuses, infinies même. Malheureusement, Alias n’en utilise qu’une seule, partout, et jusqu’à l’écœurement.

Sur Collected Remixes, c’est criant, le beatmaker d’Anticon traite chaque titre sur le même mode. Il le noie dans un magma de rythmes midtempo languides, de sonorités vaporeuses, d’ambiances cotonneuses, d’emphase. Ce n’est même plus de l’appropriation, c’est du travail à la chaîne. Que le matériau d’origine soit pop, rock, électronique ou hip hop, quelle que soit la date du remix, peu importe, cela aboutit toujours aux mêmes beats mous et lénifiants, à de la musique tellement confortable qu’elle finit par se laisser oublier, à une suite de plages indistinctes, à de la vraie guimauve.

On y trouve bien quelques-uns des tours de force dont Alias s'est déjà montré capable, à la marge, en particulier quand il remixe des titres chantés. La relecture du "What You Gave Away" de The One AM Radio par exemple, et surtout son excellente version du "Exodus Damage" de John Vanderslice, sont deux de ces réussites. Mais sur l’essentiel du disque, ce sont les carences d’Alias plutôt que ses points forts qui sont mises en exergue, en premier lieu son excès de sensiblerie et de délicatesse, cette façon systématique d’édulcorer les sons, de les stéréotyper. De faire en somme tout le contraire d’un remix réussi.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet