Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SOL RETUYK - Desarticule 2

, 16:03 - Lien permanent

Cinq après, le Lorrain Sol Retuyk nous propose une suite à la compilation Désarticulé où se mélangent titres rappés globalement réussis et instrumentaux un peu plus problématiques.

Sun Is Shining :: 2007 :: acheter cet album

Sol Retuyk. Drôle de pseudo, n’est-ce pas ? Pourtant, ça ne vous rappelle rien ? Non ?

Ceci dit, c’est un peu normal, car c’est il y a longtemps déjà, en 2002, qu’est sorti Désarticulé, un disque où cet artiste de Nancy nous faisait part de ses travaux et de ceux de quelques comparses, une compilation qui avait l’inconvénient d’être très mitigée et l’avantage de vouloir proposer un rap français original et différent. Cinq après, donc, Sol Retuyk remet ça, avec quasiment le même nom et la même pochette, comme si le volume précédent n’avait été qu’une ébauche. Qui plus est, c’est sous son seul nom que se présente ce nouveau disque. Exit Donkishot, le Klub des Loosers, Hustla, LSD, les Fresh Makers et les collègues de Sun Is Shining. Les renforts se limitent à trois rappeurs venus poser sur ses sons. Pas n’importe lesquels ceci-dit, puisque ces invités sont ni plus ni moins que NGA FSH et Ellay Khule the Rifleman pour les Etats-Unis et Nikkfurie de La Caution pour la France.

Juger cette nouvelle sortie du Lorrain est chose aisée : dans l’ensemble, les titres rappés se montrent convaincants, tandis que les instrumentaux laissent à désirer. Avec sa pédanterie, ses préchi précha et le violon exagéré qui l’accompagne, le moins intéressant des deux MCs de La Caution s’avère insupportable. Mais les trois prestations des rappeurs de CVE sont de bonnes surprises, et tout particulièrement "Fsh outta Wata". Aux deux flows irréprochables de NGA FSH et du Rifleman, Sol Retuyk adjoint des beats supérieurs à ceux sur lesquels bien souvent ils s’expriment. En revanche, à part les soutenus et entraînants "Escape et "RET", les instrumentaux se montrent lourdauds, le pire étant ce "Nyen Leng" avec des bouts de "Stand by Me" et de Leonard Cohen dedans, et qui force franchement trop sur l’évanescent et le mystérieux.

Cinq ans après, ce nouveau Désarticulé n’est pas nécessairement beaucoup plus abouti que le précédent, mais Sol Retuyk semble trouver sa voie. Pourvu qu’il sache encore nous proposer des collaborations avec des rappeurs aussi doués que nos deux Californiens.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet