Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LODECK - Behold

, 16:35 - Lien permanent

Cette nouvelle sortie est plus confidentielle que jamais. Pourtant, LoDeck n’a rien perdu de sa verve, il est toujours le rappeur truculent de Bash It et de Dream Dentistry. C’est juste l’air du temps qui n’y est plus.

Johnny 23 :: 2007 :: acheter ce disque

LoDeck pas mort. Le temps où Dream Dentistry était chroniqué un peu partout et où le rappeur américano-biélorusse pouvait espérer un semblant d’exposition via ses amis de l’underground newyorkais est révolu, et ce nouvel album sort dans une confidentialité encore plus grande que ses prédécesseurs. Pourtant, quelques mois après le CD mixé Derived from Empty Bottles, ce Behold tend à montrer que LoDeck n’a jamais baissé la garde, qu’il est toujours le MC truculent de Bash It, qu’il n’a rien perdu de sa verve, de son humour, de son bagout et de sa coquinerie. Preuve de vie supplémentaire, une tripotée de nouvelles sorties Johnny23 sont annoncées sur la pochette du disque.

Qui plus est, et bien qu’il soit censé n’être qu’un en-cas avant un véritable album intitulé Ticket 2 Paradise, cette compilation de travaux divers qu’est Behold tient la route. De sa voix d’ours slave mal léché et avec son phrasé off-beat, LoDeck y étale avec conviction ses confidences, ses colères et ses accès de tendresse. Il s’aventure même à rapper dans la langue de ses origines sur un "Na Lubom Yazike" présent en deux versions. Quant aux beats, ils assurent également, même signés par trop de producteurs (Bad Touch, Ebbineeza, Will Taubin et DJ Static), même s’ils cessent rarement d’être académiques (ce sont des samples qui passent en boucle, quoi, avec parfois même des refrains r’n’b). Et avec ses deux remixes réussis en fin d’album, dont ce "Demon Strait" qui était déjà le meilleur titre de Derived from Empty Bottles, l’ami Blockhead renforce encore l’intérêt de Behold.

Avec cette petite sortie à ranger dans la catégorie des bons disques moyens, LoDeck gagne finalement le droit à plus de considération et à moins d’oubli que ses amis de Stronghold ou de l’Atoms Family.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet