Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THA BLUE HERB - Life Story

, 19:50 - Lien permanent

C’est très long et c'est très homogène. Ce sont de longues compositions électroniques accompagnées d’un presque spoken word, d’un rap murmuré plutôt que proclamé. Pourtant, c’est une nouvelle fois irréprochable, c’est toujours aussi bien, c’est toujours Tha Blue Herb.

Tha Blue Herb Recordings :: 2007 :: acheter ce disque

Le très bon maxi Phase 3 a parfaitement rempli sa mission. Il a annoncé avec on ne peut plus d’exactitude le contenu et la nature du tout dernier album de l’irréprochable trio japonais Tha Blue Herb. L’essentiel de Life Story révèle en effet les mêmes compositions électroniques longues et hypnotiques que les deux titres du maxi, les mêmes scratches rares et discrets, le même quasi-spoken word, les mêmes thèmes rap traditionnels (ego-trip et affirmation de soi, éloge du clan et de l’amitié, défense du hip hop original), mais en version hallucinée, avec des airs d’écriture automatique. La formule se révèle certes moins tubesque que sur Phase 3 ici, moins immédiate. Mais elle est toute aussi convaincante.

Sur Life Story, l’autre amour musical du rappeur Ill-Bosstino, celui qu’il entretient avec la deep house au sein de Tha Herbest Moon, est plus visible que jamais. Les longues compositions (de 4 à 8 minutes) sur lesquelles il s’exprime ont le flegme, les basses rondes et imperturbables, les motifs répétitifs et le groove triste de son autre genre de prédilection. Sauf qu’ici, c’est O.N.O. qui signe les beats, épaulé par les interventions éparses de DJ Dye. Et que, comme d’autres compères japonais, le producteur est toujours l’un des plus talentueux orfèvres qui soient et qu’il se montre capable de nous offrir ces nouvelles merveilles que sont ces "Supa Stupid" et "Tenderly" à la beauté mélancolique, ou bien encore ce "Motivation" enlevé, le dernier titre de l’album, le plus soutenu aussi, le plus efficace.

Tha Blue Herb est un groupe majeur, l’un des rares, surtout dans le hip hop, capable de sortir à plusieurs reprises de longs disques impeccables. Le trio japonais prouve une fois pour toutes sa supériorité avec cet album qui réalise l’exploit d’être original et singulier tout en respectant l’essentiel du cahier des charges rap, jusqu’à se fendre de chœurs r’n’b sur "Such a Good Feeling". Le secret de sa réussite, le groupe l’expose en faisant part de sa vision du rap sur "The Suburbs of Hip Hop", quand, parmi des aphorismes façon "le rap est pour ceux qui savent faire face à la tristesse", il rappelle qu’il est tout autant profondément japonais que profondément hip hop. Qu’il est profondément personnel, et donc immanquablement bon.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi 28 août 2009, 11:29 par Boebis

J'aurais aimé savoir l'avis d'un fan de Tha blue herb sur le groupe homicide.

Pour moi une grande découverte du hip hop non américain (ils viennent d'indonésie).
www.myspace.com/homicideb... (tu peux trouver des infos et albums d'eux en anglais sur le blog madrotter)

Comme j'ai été agréablement surpris de trouver de très très bonnes critiques de Tha Blue Herb sur ce site, j'espère trouver un francophone partageant mon enthousiame ;-)

2. Le vendredi 24 décembre 2010, 22:46 par Bilal

Tha Blue Herb, c'est incroyable, à la première écoute j'ai accroché, c'est actuellement mon groupe préféré et la musique que j'écoute le plus. J'ai leurs 3 skeuds, c'est que du bonheur. Leur beats sont excellents, les instrus sont d'une complexité et d'une beauté mélodique, les lyrics de BOSS sont magiques, accrocheurs même si on ne comprend pas on se sent concernés pas ce qu'il dit, comme envoûté par ses paroles.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet