Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ANGLO-SAXON - Amongst Friends

, 20:25 - Lien permanent

Avec ce mix, et c’était sans doute une partie de l’objectif, Ill Al the Anglo Saxon nous dresse un portrait assez juste de l’univers d’Avenue of the Arts. Dans ses meilleurs comme dans ses pires moments.

Avenue of the Arts / Crates & Apparel :: 2006
illal.com :: acheter ce disque

Les mix font rarement de bons albums. Souvent, ils s’avèrent trop chargés, trop inégaux, trop éclectiques même. Personnellement, je n’ai jamais eu envie de revenir à une mixtape découverte à tel ou tel moment de mon parcours musical, même à celles écoutées un temps avec délectation. Et tout cela est normal, car le but de l’exercice est autre. A quelques exceptions près, par exemple dans la sphère des turntablists, l’objectif d’un mix n’est pas de faire œuvre. Il est d’être un passeur, d’affirmer ses influences, de marquer son territoire et de faire découvrir ses artistes fétiches, parfois même ses amis. Comme son nom l’indique, c’est précisément à cette dernière mission que s’emploie ce disque d’Ill Al the Anglo-Saxon, le rappeur le plus visible du collectif Avenue of the Arts.

Amongst Friends est trop long, donc, beaucoup trop, avec ses 28 plages. Il peine à décoller, certains titres atypiques y tombent comme un cheveu sur la soupe (le turntablism de "Friendly Reminder"), on y découvre à boire et à manger. Des titres issus de la discographie d’Anglo-Saxon ou de ses amis d’Avenue of the Arts (Courdek, Stereo Typed, DJ Les), certains réinterprétés et remixés comme "The Old House", côtoient des morceaux des voisins Brad B et Foundation des Drunken Immortals, ou d’autres gens encore comme Meaty Ogre de Galapagos4, comme les Visionaries, ou comme LMNO. Tout cela n’est pas toujours bien agencé, ça manque de logique d’ensemble, il y a bien trop de rap de base sans imagination (le pénible et cliché "Burn"), les titres les plus engageants sont écourtés et les intermèdes parlés ne font rien pour fluidifier le tout, pour le rendre plus digeste.

"It looks like you got your hand on a copy of the Unplug mixtape, Amongst Friends, you lucky son of a bitch". Voici ce que déclare the Anglo-Saxon en introduction de ce disque. Il exagère ou il se trompe. Ce long CD a ses lourdeurs, et ce n’est pas une telle chance de mettre la main dessus. Mais il y a tout de même l’essentiel : certains des meilleurs titres d’Avenue of the Arts sont présents ici, comme "Keep It", même s’il est tronqué ("listen to the whole version on the LP", nous dit l’auteur, qui n’oublie pas de faire son VRP) et comme l’orgue de "Good Feeling", l’electro sautillant de "Lead" avec LMNO, cet "Unplug" au sample très Wu-Tang et le "Everyday" aux accents médiévaux de Courdek. Ce n’est certes pas ma sélection personnelle du répertoire d’Avenue of the Arts, mais pour peu que l’auditeur patiente jusqu’à la fin de ce disque long et ennuyeux, là où sont concentrés les meilleurs moments, il trouvera avec plusieurs de ces morceaux quelques bons arguments en faveur du collectif de l'Arizona.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet