Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE INSECTS - Free the Hard Way

, 08:25 - Lien permanent

Pour leur première sortie sous ce nom, ces deux Insects venus d’Arizona proposent un échantillon gratuit et finalement assez représentatif de la scène rap dont ils sont issus.

Universatile Music :: 2007 :: télécharger cet album

Du classic rap honnête, solide, attachant et pérenne. Voilà le souvenir qu’avaient laissé les Insects à Paris en janvier quand ils s’étaient produits en première partie d’Awol One, de 2Mex et de Josh Martinez. Sans surprise, les mêmes mots qualifient l’album du duo formé par le beatmaker Foundation et le MC Brad B, deux échappés des Drunken Immortals, le groupe phare de la scène hip hop d’Arizona. Contrairement à ce que clame le texte promotionnel, la créativité et la prise de risque sont limités sur ce disque qui n’est pas vraiment le premier (Foundation avait déjà produit Drifter, le solo de Brad B), et il ne compte pas le moindre hit. Mais il recèle le même hip hop aux airs de revenez-y que celui des voisins d’Avenue of the Arts.

Dans l’ensemble, à l’exception du lumineux "Funk and Sweat" dédié aux joies nocturnes, le ton n’est pas bien gai sur "Free the Hard Way". Brad B s’y fait tour à tour offensif et conquérant ("Winds of Change", "The People"), agressif ("Silence Is Gold", "Your so Special"), inquiétant ("Devils Are Scared", "Free the Hard Way") et Foundation propose les sons qui vont avec cette noirceur. La production, justement, se montre assez terne et traditionnelle (des boucles, des scratches et de nombreux samples de piano). Mais des détails à peine perceptibles font parfois la différence. Qu’il s’agisse des percussions ouvragées de "Silence Is Gold", des cordes inquiétantes de "Devils Are Scared", du dialogue entre trompette et guitare de "Funky Sweater" ou du mémorable cuivre final de "Ank", le producteur sait apporter à ses beats un nécessaire surcroît de finesse et de musicalité.

The Insects sont comme les petites bêtes dont ils ont choisi le nom : des travailleurs de l’ombre, des artisans discrets capables d’œuvres solides, mais pas toujours visibles, comme la plupart de leurs amis de la scène de Phoenix dont ils proposent avec ce bon album moyen un échantillon représentatif. Echantillon gratuit d’ailleurs, puisque qu’ils ont pris le parti de nous l'offrir en téléchargement gratuit.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet