Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CEE-LO - Cee-Lo Green and His Perfect Imperfections

, 21:44 - Lien permanent

Le carton de Gnarls Barkley aura eu au moins un mérite, celui d’attirer l’attention sur les disques passés de Cee-Lo, avec Goodie Mob ou en solo, comme par exemple ce premier album si délicieusement imparfait.

Arista :: 2002 :: acheter ce disque

Ce n’était pas encore le triomphe de Gnarls Barkley, mais ce n’était déjà plus le rap Dirty South des 90’s. En 2002, Cee-Lo s’évadait de Goodie Mob et se lançait dans une carrière solo. Après le succès du single ‘Ms Jackson", le label Arista estimait que ce cousin d’Outkast aurait aussi ses chances, il n’espérait rien d’autre qu’un nouveau carton. C’est que la comparaison s’imposait. Sur ce premier disque, le rappeur proposait un rap affranchi des ses codes, capable de tourner au chant ou de se noyer dans un flot de guitares fuzz ("Live Right Now", "Under Tha Influence"), bourré à ras-bord de soul et de funk, voire de musiques plus lointaines, à l’image des sonorités africaines de "Bad Mutha" ou du banjo de "Country Love". Avec cette explosion de sons, ce long disque riche, explosif et personnel, Cee-Lo allait même au-delà de l'audace de Big Boi et de Dre sur Stankonia. Profitant de la carte blanche qui lui était offerte, il donnait libre cours aux mélodies et aux crooneries dont il alimentait déjà les disques de son Goodie Mob, il donnait forme à ses rêves intimes, il nous faisait découvrir ses parfaites imperfections.

Aussi dense et long que possible, Cee-Lo Green and His Perfect Imperfections faisait honneur à son nom : il se montrait aussi attachant qu'inégal, indigeste et brouillon. L’intensité manifestement recherchée n’était pas toujours atteinte ("Spend the Night in your Mind"), la magnificence désirée tombait à plat sur un titre comme "Bass Head Jazz". Mais à l’heure où sévissait une scène dite "nu-soul" souvent calamiteuse et bêtement passéiste, l’ancien Goodie Mob écrasait la concurrence avec ses ballades au piano nourries par la sagesse de l’homme mûr, comme le joliment mélodique "Gettin' Grown" ou le magnifique "Young Man", l’un des plus beaux titres jamais proposés par Cee-Lo. Malgré un tube coquin ("Closet Freak"), des titres festifs et sautillants ("Suga Baby", "Awful Thing") d’autres soutenus et haletants ("Microhard") et l’impeccable et accrocheur "Awful Thing", Cee-Lo Green and His Perfect Imperfections, n’allait pas connaître le succès espéré par le label. La reconnaissance du grand public ne surviendrait que quatre années plus tard avec le duo que l’on sait. Mais cela ne doit rien enlever aux charmes de ce premier album si délicieusement imparfait.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet