Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

AWOL ONE, JOSH MARTINEZ & DJ MOVES - Splitsville

, 21:42 - Lien permanent

Ce split album conçu par 3 des acteurs les plus essentiels du rap indé était l’occasion de se faire apprécier par leurs fans réciproques. Malheureusement le disque se montre plutôt fade, si l’on excepte le très joli et mélancolique titre éponyme de l’album.

Camobear :: 2007 :: acheter ce disque

L’un, débonnaire et bien bâti, vient de l’Ouest américain ; l’autre, maigre comme un clou et monté sur ressorts, de l’Est canadien. Le premier cultive une attitude de loser magnifique, l’autre est le rigolo de service. Cependant, les points communs sont nombreux entre Awol One et Josh Martinez : les deux ont émergé avec la vague rap indé de la fin des 90’s ; ce ne sont pas de parfaits inconnus, mais ils n’ont jamais connu la consécration ; ce sont des rappeurs charismatiques et essentiels, mais leurs albums inégaux ont rarement fait honneur à leur talent. Il y a donc une logique, finalement, à ce qu’ils se produisent ensemble et sortent un disque en commun, accompagnés d’un autre artiste capable du pire comme du meilleur, le "rural pimp" DJ Moves.

Cependant, Splitsville n’est pas une véritable collaboration. C’est une adjonction de deux EP distincts. Chaque MC s’arroge une moitié du disque et y convie des amis : Evil et Moka Only pour Martinez ; Kaboom, CEE!!!!!!!!, Kunga 219 et Sleep pour Awol One. Seuls les unissent trois invitations réciproques, les sons de DJ Moves et cette manière de philosopher avec détachement, de jouer les sages avec humilité. Aucun des deux n’est à contre-emploi sur ce disque, chacun saisit l’occasion de présenter son univers, le Canadien rappelant par exemple sa vision du rap ("Too much MC’s and not enough entertainers" sur "Too Much"), le Californien déclinant les aphorismes dont il est friand ("you just need to be wanted, you just want to be needed" sur "Wanted and Needed").

Malheureusement, le disque est desservi par les beats de Moves, peu inspiré sur ce disque, et les deux rappeurs paraissent trop effacés. Alors que les chantonnements caractéristiques de Martinez perdent de leur potentiel pop, Awol One se complaît dans ses habituels marmonnements d’alcoolique, sans l’entrain et les coups de colère qui les épiçaient autrefois. L’album manque de temps forts, les deux perdent l’occasion de se faire apprécier par leurs quelques fans réciproques. Seul se distingue au fond le titre éponyme de l’album, ce "Splitsville" où les deux artistes se retrouvent sur un joli synthétiseur admirablement mélancolique.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet