Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SUBTITLE - Terrain to Roam

, 21:42 - Lien permanent

Terrain to Roam n’est toujours pas le grand disque de Subtitle attendu désespérément depuis des années. Mais il remplit son rôle d’album de collaborations, de compilation presque, révélant un rappeur au registre plus large que d’habitude, ainsi que quelques titres parmi ses plus accessibles.

Alpha Pup :: 2006 :: giovannimarks.com :: acheter ce disque

Incapable de s’autocensurer, hostile à toute facilité ou soucieux de brouiller les pistes, Subtitle ne livre toujours pas le grand disque qui nous est promis depuis le jour béni où I’m Always Recovering from Tomorrow nous a été révélé. A l’instar de l’album de Labwaste, ce Terrain to Roam s’approche par moments du Saint Graal, mais il ne l’atteint pas encore, la faute aux coupables habituels chaque fois que le hip hop déçoit : trop de dispersion, des titres mal agencés et une overdose de beatmakers, fussent-ils aussi talentueux que Madlib, Nobody, Daedelus, Omid, Dntel, Daddy Kev et d’autres moins connus. Les marmonnements robotiques du grand échalas noir n’ont jamais été faciles à habiller et cette pléthore de renforts n’arrange rien sur ce disque sorti sur Alpha Pup et qui tient davantage de la compilation de collaborations que de l’album.

Cependant, une fois cette énième déception surmontée, une fois oubliés les passages les plus pénibles (on se demandait ce que devenait Tes avant ce "Pill Pop" produit par ses soins, mais maintenant, on ne veut surtout pas le savoir…), Terrain to Roam révèle en fin de parcours quelques uns des titres les plus accrocheurs et les plus accessibles du Californien : l’autobiographique "About the Author" où Subtitle nous révèle sa face sombre sur une production plutôt bien sentie des Français de dDamage, un "Wait for It" accompagné judicieusement de voix synthétiques, un "Dance Invite #1" soutenu et admirablement servi par d’ingénieux handclaps. Et à mesure que les écoutes se succèdent, ce nouvel album révèle d'autres titres encore, au charme moins évident et plus subtil, comme ces deux "Seventies Western Crime Scenes" antinomiques produits par Paris Zax, le premier dans une pluie de percussions oppressantes, le second avec une guitare lumineuse. Terrain to Roam n’est donc toujours pas un album accompli, mais il révèle un rappeur au spectre large, au registre plus varié qu’à l’accoutumée, capable, quand il le veut, de titres plus accessibles que ceux auxquels il nous a habitués.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi 25 mai 2007, 12:40 par juju

"dance invit1" est geniale c'est clair, mais je trouve celle de Tes tout aussi interessante, justement dans la simplicité, et je trouve le flow de Subtitle très prenant dessus, le tout formant comme une petite histoire infantile simple que j'ai grand plaisir à écouter moi!!!! Les prods de paris zax ou Dntel sont bien ainsi que celle de dDamage, sans parler de Daddy Kev que j'adore sur ce titre (mets-toi ça au casque, et l'instru pétera mieux je pense ! Supa titre, quelle pêche !)

2. Le dimanche 24 juin 2007, 03:48 par idiome

Les prods de Kev et de dDamage sont mes préférées, ainsi que celles d'Omid et Noboby. cet album a été enlevé des bacs apparemment à cause d'une prod de madlib non clearé.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet