Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RA - Wxfdswxc2

, 22:14 - Lien permanent

Sur son premier album, Raoul Sinier nous déclarait sa flamme. Sur le nouveau, il nous wxfdswxc. Le musicien, vidéaste et illustrateur aime les sons aussi abscons que le titre de ce dernier disque, ceux qui tapent fort, qui partent dans tous les sens et qui rabotent les oreilles. Mais chez lui, ces bruits ne sont pas un cache-misère. Ils ont du sex-appeal, ils sont bien.

Sublight :: 2007 :: raspage.com :: acheter ce disque

Raoul Loves You, son premier album, nous a prouvé que Ra était un artiste multicartes accompli. Qu’en plus de ses talents d’illustrateur, il savait faire de la musique, que ses morceaux étaient bien davantage que le passe-temps d’un graphiste. Plus de deux ans après, avec Wxfdswxc2, un disque plus réussi encore, il complète la démonstration. Ici, comme ce titre illisible le suggère, les sons sont aussi abscons que par le passé. Raoul aime la noirceur, la rudesse et les aspérités, il ne se contentera jamais d’une mélodie lisse, d’une nappe immaculée, d’un fond méditatif. Avec lui, ça glitche et ça dérape, ça sautille et ça pare en vrille, ça rabote le cortex et ça ramone les oreilles, c’est plein de guitares sales et d’électronique mal élevée. Mais tout ce bruit n’est pas un cache-misère. Les sons sont vraiment bien, ils ont du sex-appeal.

Ra fait du vrai rock’n’roll électronique, une musique qui impressionne et qui sait prendre aux tripes avec ses effets nombreux mais pas vulgaires. C’est dérangé et c’est bruyant, mais c’est subtil, comme sur ce "Wonderful Bastard" où Ra recycle avec habileté Can et Damo Suzuki. Les montées d’acide sont toujours opportunes, quelques éclairs de lumière bienvenus viennent parfois dissiper l’atmosphère oppressante de l’ensemble, par exemple l’orgue et le piano de "Platinum Dust". Et puis, pour ne rien gâcher, Wxfdswxc2 à la consistance d’un album. Ra peut maltraiter le rock sur "Wxfdswxc", "Fake Poetry" et "Brushed Metal Sexdream", ou le hip hop sur "Dr Merdewerkdichliebe", il peut à l’opposé proposer quelques nappes classieuses, ça reste la même ambiance, le même discours sans paroles, les mêmes tons gris et bruns que l’on retrouve sur ses dessins.

Pour compléter le tout, Raoul Sinier nous montre toute l’étendue de ses talents en accompagnant son disque, outre d’une pochette illustrée par ses soins, d’un DVD avec des clips concoctés pour ses amis de dDamage (que Ra dépasse allègrement sur ce disque, s’il faut se livrer au jeu assassin des comparaisons), des vidéos et un extrait live. Ajouté aux morceaux haletants que sont "Wxfdswxc", "The K-Man Says", "Fake Poetry" et "Brushed Metal Sexdream", ou les crescendo somptueux de "Skinfest" et de "Breeders Club", tout cela fait de Wxfdswxc2 un bel objet, un vrai disque complet, même si tout nouvel auditeur en sortira sur les rotules.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le jeudi 29 mars 2007, 23:15 par Umbre

Tout à fait d'accord, je le trouve vraiment chouette cet album, "ca prend aux tripes" c'est exactement l'expression qui convient.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet