Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

HERBEST MOON - Dubthing We Realized

, 20:03 - Lien permanent

Le deuxième album de Herbest Moon est composé de la même mixture deep house que le précédent. Il en est son remix et son décalque presque parfait, mais en un poil meilleur.

Tha Blue Herb Recordings :: 2004 :: acheter ce disque

Herbest Moon, le groupe house du rappeur japonais Ill-Boss, n’a pas sorti que Something We Realized. Dans la foulée, quelques mois après, il a proposé un autre disque avec une pochette dans les mêmes tons et un contenu proche, réalisé une fois encore avec l'aide de François Kevorkian. Le titre laisserait penser qu’il s’agit d’un remix dub du premier album, mais il y a des inédits et pas vraiment de dub, si ce n’est quelques basses rondes, des voix fantomatiques et une poignée d’échos ici ou là. Globalement, Dubthing We Realized est fait de la même mixture deep house sirupeuse que son presque homonyme, de ce lounge électronique un peu anachronique, de cette musique rythmée mais jamais entraînante, répétitive mais jamais fascinante, de ces compositions contemplatives aussi notables qu’un papier-peint jauni. Toutefois, dans l’ensemble, cet album est un poil meilleur que son prédécesseur.

Les variations apportées aux titres originaux les enrichissent un peu. Toutes légères soient-elles, elles les vêtissent, elles les agrémentent, elles leur apportent quelques atours bienvenus. Et puis là où Something We Realized ne comprenait qu’un titre vraiment notable, un seul susceptible d’interpeler au-delà du public deep house (si toutefois il existe encore une telle chose), celui-ci en comprend trois, ce qui est un progrès notable. Le premier est "Now We Got Dub", en rupture avec le reste car plus dur et plus froid, plus techno en un mot. Le second est le plus lent, paisible et étiré "We Dub The Silver Moonlight". Quant au très apaisé "21pm:Brighter Dub", on y retrouve les accents de "They Dance Alone". Sur la longueur, ce n’est toujours pas l’extase, Ill-Boss est moins impressionnant ici que quand il rappe sur les sons d’O.N.O., mais ce sont de premières clés d’entrée dans cette musique, dans ce projet alternatif qu’il serait hasardeux de snober trop vite, au vu de l’excellence du bonhomme au sein de Tha Blue Herb.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet