Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DEPTH AFFECT - John Cassettes

, 20:57 - Lien permanent

Les français de Depth Affect sortent un album de remixes dans la droite lignée de leur fort recommandable Arche-Lymb. C'est bien, et en plus, devinez quoi : c'est en téléchargement libre.

Autres Directions in Music :: 2006 :: acquérir ce disque

J’ai toujours beaucoup de circonspection à l’écoute des glitches. Ca passe tout seul, ça ne gâte pas un disque, mais ça ne l’arrange pas toujours non plus. Bref, ça ne fait pas forcément avancer le schmilblick. Et un jour (essayons-nous au jeu dangereux du prophète), il y aura de jeunes gens pour déclarer "oh la la, tout cela sonne tellement années 2000". Mais à ce détail près, la dernière sortie de Depth Affect est tout aussi recommandable que la précédente, même si beaucoup d’autres gens sont venus mettre les mains dans la musique du quator français. Cette série d’inédits et de remixes prolonge à merveille l’agréable surprise qu’avait été Arche-Lymb au début de l’année 2006. Quand on ajoute à cela le fait qu’il est disponible en téléchargement libre sur le site d’Autres Directions, franchement, que demande le peuple ?

Il faut avouer que Depth Affect sait parfaitement caresser dans le sens du poil en ouvrant avec ce "Basic Illitch" notwistien, mélodique et funky en diable, en poursuivant avec un "Sarah Carbone" plus hypnotique, puis avec le folk électronique sautillant et délicieusement mélancolique d'un "Honey Folky" remixé par Melodium mais toujours aussi bon. Passés ces trois titres accrocheurs grâce auxquels ils ont définitivement embarqué l’auditeur, Depth Affect et ses remixeurs peuvent nous emmener vers des terres plus froides et moins hospitalières. Voici venu donc le temps de l’ambiant et brumeux "Blinzeln Blume", de l’implacable et rythmé "Vladgorythm Suicide", et de deux nouveaux remixes de "Honey Folky" absolument méconnaissables, l’un ("Foney Holky") tendant vers une techno minimale à la Plastikman, le second plus dérangé.

L’indeffectible fan de pop qui réside en moi doit avouer qu’il goûte un peu moins à ces derniers exercices qu’aux trois premiers, mais il trouve tout de même l’ensemble très digeste et vous répète que Depth Affect, décidément, c’est bien.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet