Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DDAMAGE - Shimmy Shimmy Blade

, 22:18 - Lien permanent

Invités prestigieux, efforts promotionnels conséquents, musique furieuse. Bref, beaucoup de foin, mais pas que. Sur Shimmy Shimmy Blade, l’album rap qu’ils avaient promis de longue date, les frères Hanak n'ont pas fait que de l'esbroufe.

Tsunami Addiction / Discograph :: 2006 :: acheter ce disque

Les frères Hanaks sont deux sacrés branleurs. Pour Shimmy Shimmy Blade, l’album rap qu’ils nous promettaient depuis un certain temps déjà, ils ont voulu nous en mettre plein la vue, ils ont cherché à nous faire exploser les mirettes en même temps que les oreilles. D’abord il y a cette liste d’invités, une sorte de best-of de l’underground hip hop de l’an 2000, avec des Bigg Jus et des MF Doom, des Mike Ladd, des Dose One, des Tes et d’autres encore. Ensuite, il y a Fake/Real, ce magazine promotionnel bourré de rhétorique sex, drugs and rock’n’roll pour épater les ados. Il y a ce recyclage de pochette, une vieille tradition hip hop, et cette référence à Bomb the Bass, parce que dDamage, tu vois, ils ont des influences et des racines, ils ne sortent pas du néant. Et puis il y a cette musique furibarde, cette électronique qui arrache la gueule, cette manie d’en faire des tonnes, des tonnes, des tonnes, et encore des tonnes. Bref, il y a beaucoup de foin. Mais pas seulement.

Les frères Hanak sont deux sacrés branleurs, ils n’ont peur de rien, mais ce sont aussi des musiciens. Ils l’ont prouvé sur leurs albums passés, notamment sur le recommandable Radio Ape, le disque d’avant, leur meilleur à ce jour. Il y a des ratés sur Shimmy Shimmy Blade, comme ce Bigg Jus vocoderisé sur "Verdi Rough" ou le saoulant "Adrenalin Bisc". Des sommets de pénibilité sont même atteints avec "Feed the Fish". Mais il y a aussi de vraies rencontres, par exemple sur le très engageant titre d’ouverture où dDamage semble avoir trouvé en Existereo un frère en rock’n’roll attitude. Ironie de l’histoire, c’est quand tout ce vacarme s’arrête, quand les rappeurs cessent de s’exprimer sur cette mélasse bruyante ("Punkture", "Alkalyn Reefer") ou que le son se dépouille ("My Favorite Ladies Part. 2") que le talent devient plus évident, plus visible, que les deux se montrent les plus convaincants, que l’on retrouve le dDamage qu’on aime, que preuve est faite que, non, Shimmy Shimmy Blade ce n'est pas que de l’enfumage.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le jeudi 18 janvier 2007, 11:42 par etienne

D'accord avec ce que tu écris Sylvain.
Je rajouterais juste que ce que j'aime dans ce disque, c'est que, pour la 1ère fois, sur certains titres, on ressent vraiment l'énergie live des dDamage.

2. Le mercredi 25 mai 2011, 04:26 par Joefrazier

C'est mon album "electro hiphop de la nouvelle generation" qui vieillit le mieux !!! A ecouter aussi l'album Aeroplanes avec le classique track avec radioInactive.

_jf

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet