Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THESIS SAHIB - Loved Ones

, 22:34 - Lien permanent

C’est une seconde vie pour Clothes Horse Records. Après s’être consacré à sortir les disques très singuliers de ses fondateurs, le label de Saskatoon a pris en charge le sort des légendes perdues du rap canadien. Cela a commencé l’an passé par Recyclone, dont les premiers disques ont été réédités, et qui a sorti un album commun avec soso. C’est maintenant le tour de Thesis Sahib, l’incontournable illustrateur des pochettes de certains albums d’Alias, Deeskee, Bleubird et Buck 65, le rappeur prolifique, l’auteur d’albums déjà nombreux, seul ou avec Bending Mouth, Imaginary Friends et les Swashbuckeling Napoleons.

THESIS SAHIB - Loved Ones

Clothes Horse :: 2006 :: acheter ce disque

Après avoir signé des disques un peu partout, chez Motion Recordings, chez Cease and Desist, chez les Allemands de Subversiv*Rec et chez les Français de (vulgar), le rappeur originaire de London, Ontario, a donc rejoint le label de soso pour ce quatrième album solo, Loved Ones, produit par Nyles de HOWL, un autre groupe de Sahib. Et ce qui marque, à l’écoute de cette sortie, c'est cette nouvelle progression vers une formule plus pop, vers cet entre-deux musical où évoluent désormais nombre de rappeurs. Loved Ones parachève l’évolution déjà sentie de The Secret Adventures of Thesis Sahib and Friends, le premier album de Sahib, au plus récent War Time Theme Songs for the Modern Ego.

Le premier titre, "Dengue", donne le ton, avec ces guitares rock pêchues, complétées par un verbe toutes en allitérations, et par une poésie abstraite dans le pur style indé. Ce télescopage se poursuit, avec d’autres guitares ("Eavesdrops") ou sur le ton d’un tube new-wave ("Action Man"). Et tout du long, on observe des similitudes avec d'autres MCs qui se sont, eux aussi, affranchis de leur rap d'origine. Ici, "With What We Have" évoque Buck 65 dans ses phases les plus sombres. Là, "On The Road to Rotting" rappelle le chantonnement de Pigeon John, en plus rapide. Et sur "Near the Low Stream", on pense à Ceschi et à sa pop 60’s mélancolique revisitée par le rap.

James "Thesis" Kirkpatrick, en fait, propose autant d’exercices de style que de titres. Et ceux-ci sont nombreux, 30 très exactement, pour une durée totale de 34 minutes. Ce qui donne, vous comptez bien, une minute par plage. L’album regorge de petites tueries, avec l’orgue, les tintements et le crescendo de "Mud Pies", le tube électronique "Stuffed as a Champion", le sing-song robotique de "On the Road to Rotting", l’étrange complainte de "The King’s Men", ou le reggae de "Crawling on your Needs". Et pourtant à peine commencés, ces titres finissent déjà, ne permettant jamais au plaisir de succéder à l'accroche.

C'est là le seul défaut de Loved Ones. Si Thesis Sahib avait laissé aux graines de hit qui le parsèment l’espace nécessaire pour pousser, il aurait sorti le meilleur disque rap indé de 2006. Mais en fait, il n'en a proposé que les snippets.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le samedi 9 décembre 2006, 16:14 par Newton

C'est peut être cette brièveté des instrus qui fait la qualité dont tu parles. Est-ce qu'elles auraient été tout aussi efficaces sur 3mn ou 3mn30 ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet