Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SANKOFA - Still Means Something

, 22:14 - Lien permanent

Vous connaissez le concept de "bon album moyen" ? Cette catégorie est pour les disques auxquels personne ne promet un avenir de classique, et qui n'entrent jamais dans les classements de fin d’année. Mais quiconque se retrouve avec de tels objets entre les mains ne s’en sépare jamais. Au contraire, il leur réserve une place bien au chaud dans sa discothèque et il les réécoute régulièrement, conscient de leurs défauts, mais néanmoins avec plaisir. Le chouette Invest Mentality des White Collar Criminals mis à part, tous les disques solo du rappeur Sankofa sont le type même de ces "bons albums moyens".

SANKOFA - Still Means Something

Obese America :: 2005 :: acheter ce disque

Le dernier de ces disques, Still Means Somethings, diffère d’Obese America et de The Rosetta Stone. Ce n’est plus une compilation des collaborations avec une multitude de beatmakers, c’est l’œuvre d’un duo formé avec Fangface par le rappeur de Fort Wayne. Toutefois, cela ne change pas grand-chose par rapport aux disques précédents. Parce que ce producteur sait apporter ce qu’il faut de diversité, musique country, accents orientaux, sonorités sombres ou autres, pour que tout cela ne sonne jamais monolithique ; et parce que rien dans son style n’est proprement révolutionnaire, parce que ses beats réglementaires sont purement fonctionnels et que l’intérêt de ce disque, c’est d’abord lui qui le garantit, Sankofa nous offre un album comme tous ses prédécesseurs.

Et puis, pour tout dire, le titre le plus funky, entraînant et musical de l’album, "Velcro Sneakers", est strictement le seul que Fangface n’a pas produit, un dénommé Actuel s’étant chargé de l’affaire. Le seul apport majeur du producteur de Still Means Something, c’est ce goût prononcé pour les ruptures musicales du couplet au refrain, un goût qui se manifeste jusqu’au posse cut final, ce "Barnburner" où chaque intervenant ('Kofa lui-même, Jon?Doe, AthenA et Kashal-Tee) bénéficie d’un beat distinct, pour un résultat du plus bel effet.

Mais pour l’essentiel, c’est bel et bien Sankofa qui préside les débats avec sa grosse voix grave, son sens de l’assonance et son humour. C’est lui l’attraction principale de ce disque, par exemple quand il joue le pilier de bar façon cow-boy sur "99 Goggles", quand il abandonne son rap dense pour un brin de chanson, quand il raconte ses petites histoires d’amours malheureuses sur "Lovesick" ou quand il sort une punchline bien sentie sur la poufiasse la plus célèbre de la planète ("Back in the days listening to Paris, when Hilton was the name of a hotel and not a whore" sur le très bon "Handful of Words"). C’est pour toutes ces petites idées et en dépit d’une musique parfois lourdingue que Sankofa mérite d’être suivi, sur cet album comme sur chacun de ceux d'avant.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet