Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LUCKYIAM.PSC - Justify the Mean$

, 22:49 - Lien permanent

Justify the Mean$, ce n’est pas seulement un disque de Luckiyam. C’est également celui du musicien qui se fait appeler Gandalf, quand il efface son identité de MC derrière celle de producteur. En plus de rapper ponctuellement dessus, Eligh produit l’intégralité de l’album, et cette présence est décisive. Elle transfigure le rap bonhomme et classique du gros Luckyiam, elle sauve ces thèmes rabâchés, condamnés sans lui à se retrouver sur je-ne-sais quelle boucle basique sans prétention. Rarement ces petits beats caractéristiques qui oscillent entre un jazz cool et des sons synthétiques sautillants ont trouvé meilleure compagnie.

LUCKYIAM.PSC - Justify the Mean$

Legendary Music :: 2002 :: acheter ce disque

Que Luckyiam s’exprime sur sa vision de sa carrière de rappeur ("Highway Serenity", "Watch What We Say"), sur l’esbroufe de certains rappeurs ("Can’t Deny This", "TakingovaDis"), sur ses frustrations ("Unsatisfied"), sur ses failles ("Not Perfect", en compagnie d’une Tenashus déjà aperçue au côté de Blackalicious), sur ses relations difficiles avec des êtres chers, ou sur son statut de père ou sur les cigarette magiques ("SmokeOUT"), qu’il donne dans l’ego trip soft ("Come Along") ou énervé ("SHUT UP!"), Eligh trouve toujours le son adéquat, avec toujours un talent immense pour le petit détail qui fait la différence, par exemple le petit emballement drum'n'bass au milieu des indolents "Highway Serenity" et "Play This", ou cet habile sample de voix sur "Come Along".

Bien produit, cet album de Luckyiam n'échappe pas tout à fait au défaut habituel chez les Living Legends : la prodigalité. C'est d'ailleurs pour cette raison, qu'il est aussi ardu d'identifier le chef d’œuvre du collectif californien. Même leurs disques les plus réussis sont pénalisés par le remplissage. Cette fois pourtant, sur Justify the Mean$, malgré sa longueur et ses 72 minutes, ça tient. C’est raisonnable. Seuls quelques titres ("If I Do" par exemple) s'avèrent franchement en trop.

Et puis surtout, il y a "Fuck Heroes". Bon Dieu, "Fuck Heroes" ! Un posse cut, cette tradition usée, ce prétexte à maintes et maintes litanies interminables. Eh bien ce posse cut interminable avec Luckyiam, Eligh, Murs, Sunspot Jonz et Slug (quel MC, quand même, ce Slug), on souhaiterait pourtant qu’il se prolonge encore, qu’il devienne pérenne, qu’il soit éternel, que cette bête boucle géniale, que ces petites notes étranges et entêtantes, que ces percussions, que ces scratches et que les cinq MCs en verve qui se succèdent dessus ne s’arrêtent jamais, que le "bye bye" final de la fillette de Luckyiam soit en fait un "hey guys, let’s start again".

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet