Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CESCHI - They Hate Francisco False (Japanese Edition)

, 16:18 - Lien permanent

Cette version japonaise n’apporte que deux titres en plus de la version originale du dernier album de Ceschi. Autant dire que c’est presque la même chose. Mais en cette fin d’année, à l’heure des bilans musicaux, on saisirait n’importe quel prétexte pour parler encore de They Hate Francisco False, le meilleur disque de rap mutant de 2006.

CESCHI - They Hate Francisco False (Japanese Edition)

Net31 / TINT :: 2006 :: acheter ce disque

Qu’on s’entende bien. Cette édition japonaise n’apporte pas grand-chose de plus à la version originale du dernier album de Ceschi. C’est la même pop mélancolique revisitée avec adresse par un rappeur, les mêmes petites mélodies tristes et très courtes que sur la première sortie du très prometteur label Net31. Ce sont strictement les mêmes morceaux dans le même ordre. Les mêmes illustrations, le même packaging sobre, mis à part une adresse à Tokyo derrière, en bas à droite. C’est exactement la même chose, à l’exception deux petits morceaux sympathiques en bonus, même pas les plus notables, et qui viennent un peu comme un cheveu sur la soupe, avec de la pop électronique qui vire à la techno ("Spit") et une chanson trois fois plus longue que les autres ("Crackrocks"). Mais à l’exception de cet ajout c’est pareil. Et c’est ça qui est bien.

Il est bon de se remettre tout ça dans les oreilles, de s’en gaver le crâne, pour encore plus longtemps. Il est bon de réécouter le beatlesien "Frank Propose", les excellentes collaborations rap avec la toujours charmante Penny ("Not Sure"), avec Xololanxinxo ("CT Dead"), avec le frère de Ceschi, David, et avec Shoshin et iCON the Mic King (l’halluciné "End of Skies", peut-être le meilleur titre de l’album, en fait). Ca fait du bien de se remettre en boucle toutes ces jolies chansons nostalgiques où la guitare est dominante, soulignée par juste ce qu’il faut d’éléments rap et par d’autres détails comme le craquement d’un vieux vinyle ("Sweetest Friend"). Bref, en cette fin d’année, à l’heure des bilans musicaux, on saisirait n’importe quel prétexte pour écouter et pour parler encore de They Hate Francisco False, le meilleur disque de rap mutant de 2006.

PS : la version japonaise ne se trouve que sur des sites japonais, logique. Mais l'ancienne version est toujours disponible sur Amazon.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet