Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

X:144 & SPS - M.E.

, 22:28 - Lien permanent

Fougueux, électrique, le rap de X:144 et de DJ SPS est à l'opposé de celui d’Holly Riggs, seule autre artiste Nonsense Records connue à ce jour par ici. Même si leurs disques respectifs ne sont qu'à moitié convaincants, les deux partagent cependant un sens véritable de la recherche musicale et une fraîcheur plutôt bienvenue.

Nonsense Records :: 2006 :: acheter ce disque

Après plusieurs sorties discrètes, le label floridien Nonsense Records a franchi un cran supplémentaire. Tout récemment, il a déployé plus de moyens que par le passé pour faire connaître et distribuer ce nouvel album, baptisé selon les initiales des vrais noms de ses créateurs, le MC et producteur X:144 et le DJ SPS, des gloires locales à Orlando. Ce disque présente quelques similitudes avec le sympathique premier album de Holly Riggs, seule sortie Nonsense écoutée par ici : une certaine candeur dans les paroles ; en corollaire, une fraîcheur plutôt bienvenue ; et une approche véritablement musicale, de la recherche esthétique, avec par exemple ce solo de trompette sur "If the Shoe Fits", ce piano léger et impromptu sur "3 Degrees Of Ventilation" ou le turntablism sur fond de musique ambiant de "Almost Never".

Cependant, au-delà de ces quelques points communs, le style et l’ambiance générale sont à l’exact opposé de la gentille poésie de Familiar Circumstance. Ici, c’est un hip hop plutôt électrique et remonté. Avec les productions remplies de guitares et de synthés de X:144, avec son phrasé implacable qui rappelle vaguement les Styles of Beyond, avec son rap presque entièrement dédié à l’affirmation de soi, avec la pluie de scratches que SPS abat sur le disque, M.E. s’avère tonique et dynamique. Parfois, tout cela se marie à merveille et arrache comme il faut, comme sur le très rock "Endowed Release" ou sur le convaincant bonus track "P.O.M.". Mais d’autres fois, malheureusement, c’est tellement "qui-n’en-veut" que ça en devient irritant ("What If ?"). Tant et si bien que le meilleur morceau de cet album entre deux eaux est peut-être tout bonnement "Almost", exercice r’n’b réussi avec son dialogue d’amoureux déçus, sa guitare acoustique et ses petits tintements de fin, répit tout à fait nécessaire au milieu de toute cette ardeur rap.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet