Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BIRDAPRES - Get It Done

, 22:24 - Lien permanent

Ne jamais comparer pour être heureux. Nul adage n’est plus juste, surtout s’il s’agit d’apprécier les sorties les plus récentes de Peanuts & Corn, moins marquantes que celles d’il y a 3 à 5 ans, certes, mais pas toutes négligeables pour autant.

Peanuts & Corn :: 2006 :: acheter ce disque

Il y a quelque chose de malsain dans la façon dont les fans de la première heure appréhendent maintenant les sorties estampillées Peanuts & Corn. Il y a ce fond de souvenirs et de nostalgie qui force à comparer chaque nouvel album de mcenroe et de ses acolytes aux impeccables premiers John Smith, Gruf, Park-Like Setting ou Fermented Reptile. Il y a cet espoir vain de revivre la même chose qu’à la découverte de ces disques, tellement vivace que chaque nouvelle sortie de nos rappeurs de Vancouver et de Winnipeg en sort perdante. Donc oui, ce premier album de Birdapres sous son seul nom (après deux autres cosignés par DJ Moves puis mcenroe) n’atteint pas le niveau des meilleurs P&C. Précisons-le d’emblée, évacuons tout de suite la question pour pouvoir juger Get It Done tel qu’il est : un disque moyen, mais solide.

L’album de Birdapres est la sortie P&C moyenne. Il contient des beats finement ouvragés mais jamais criards, d’une simplicité éloquente, tous assurées par mcenroe à l’exception du court "Harsh Words" produit par Darko et du travail sur un sample de "Golden Brown" mené par DJ RKV sur "We Need New Shoes". Déclamées par la voix basse et le phrasé imperturbable du rappeur costaud et placide qu’est Birdapres, les paroles vont du grave au léger, de la déclaration de principe ("Get It Done"), à l’hymne bon-enfant ("Do That Dance"), en passant par des histoires d’embrouilles ("Your Beef"), par des choses plus introspectives ("Blind", "The Winter") et par un peu d’humour moqueur à l'encontre d'une starlette de nightclub ("Bar Star"). Quant à la pochette, elle est d’une trivialité telle qu’elle en devient mémorable. Un peu comme la musique finalement, dans ces meilleurs moments que sont les violons de "City of Glass", le "Schatch Chorus" de fin ainsi que "High School Shit", ce duo avec une autre figure du rap de Vancouver, Moka Only. Trois titres un peu plus forts que les autres sur ce disque plaisant, ce Get It Done sans autre prétention que celle de faire du bon rap, cet album à apprécier comme tel et toutes choses égales par ailleurs, sans prendre éternellement le passé comme maître-étalon.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet