Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SUBTLE - For Hero: For Fool

, 22:24 - Lien permanent

Le rap psychédélique de Subtle, c’est trop lourd, trop chargé, trop indigeste. Cela fait regretter le temps où Dose et Jel savaient être concis et mieux canaliser leur créativité débordante. Toutefois, il y a sur ce nouvel album quelque chose de supérieur aux sorties précédentes.

Lex Records / Differ Ant :: 2006 :: acheter ce disque

Subtle, jusqu’à ce jour, ce n’était pas le plus captivant des projets de Dose One et de son vieux copain Jel. Leur rap psychédélique s’est montré souvent trop chargé, trop indigeste et trop chargé d’idées. Pas forcément aussi subtil que le laisserait entendre le nom du groupe, en somme. Ou alors trop subtil, tout au contraire. En tous cas jamais assez accrocheur, et jamais pleinement convaincant sur la longueur. A force, il y avait de quoi regretter le Dose et le Jel du premier Them, ceux qui n’avaient pas encore de groupe pour surcharger leur musique de tout un tas de détails superflus, ceux qui se moquaient déjà des genres et des frontières musicales mais qui ne donnaient pas encore dans cette mélasse indécise, ceux qui savaient rester concis et canaliser leur créativité débordante, ceux qu’il était plus facile de juger. Dose, au début, on l’aimait ou on le détestait. Maintenant, on ne sait plus, on ne pourrait plus le dire.

Pourtant, ce Subtle là a quelque chose de supérieur aux autres, c’est évident. Pas plus que les autres disques, For Hero: For Fool n’est à apprécier comme un tout, comme un ensemble de chansons qui auraient toutes un beat, une mélodie ou un refrain facile à retenir. Seule "The Mercury Craze" se rapproche de ce format, et c’est normal vu que c’est le single. Le reste est comme d’habitude un immense fatras indémêlable de raps hallucinés, de chants allumés et de chœurs de Beach Boys du XXIème siècle, de beats électroniques et de parties jouées, de plages contemplatives et de rythmes endiablés. C’est éclectique, foutoir et compliqué comme cLOUDDEAD, le projet qui a fait connaître autrefois Dose au-delà du petit cercle rap indé, mais en nettement plus rock. Toutefois les accroches, les passages qui attirent l’oreille, se montrent sur ce disque plus nombreux que par le passé. Qu’il s’agisse des chœurs allumés accompagnés de saxo qui terminent "Nomanisisland", de la belle intro en rap et guitare de "Return of the Vein" ou du piano et du beatboxing qui surviennent au beau milieu de "The Ends", à titre de simples exemples, il y a de quoi se sustenter sur For Hero: For Fool, indubitablement. Même si on désespère d’en faire un jour le tour complet.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le lundi 20 novembre 2006, 14:09 par etienne

Pas écouté le disque mais je ne desespère pas d'avoir la curiosité pour y jeter mes oreilles. Par contre, t'as trouvé pile les mots pour décrire Dose one en 2006 :

"Dose, au début, on l’aimait ou on le détestait. Maintenant, on ne sait plus, on ne pourrait plus le dire."

Trop d'accord avec ça...

2. Le mercredi 23 avril 2008, 11:58 par SysTooL

C'est vrai que c'est très chargé, mais je dois dire que ce FH : FF m'a vraiment convaincu... davantage que le premier album en fait.

SysTooL

ma chro :
systool.over-blog.com/art...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet