Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

AMMONCONTACT - With Voices

, 22:37 - Lien permanent

Le dernier Ammoncontact s’écoute bien, il est agréable. Mais il souffre de deux syndromes bien connus : celui des disques Ninja Tune, éclectiques, bien fichus, mais sans grande conséquence ; et celui des albums trop chargés d’invités pour être véritablement consistants.

Ninja Tune :: 2006 :: acheter ce disque

Jusqu’ici, et malgré une discographie déjà conséquente, Carlos Nino et Fabian Ammon n’avaient pas été remarqués par chez nous. Mais sur leur dernière sortie, le lien des deux producteurs d’Ammoncontact avec le Project Blowed et le Good Life Café devient plus visible que par le passé, grâce à la présence d’artistes éminents apparentés à cette scène comme Abstract Rude et Sach. Et forcément, cela devient très intrigant. D’autant plus que ces autres invités que sont Prince Po d’Organized Konfusion, Brother J de X Clan, Lil Sci de Scienz of Life, Daedelus et Cut Chemist (sans oublier Yusef Lateef, Dwight Trible et Kamau Daaood pour le jazz), ne sont pas non plus de parfaits inconnus. Alors donc, que vaut ce With Voices conçu, comme beaucoup d’autres disques de producteurs, sur une succession d’instrumentaux et de titres rappés ?

Il s’écoute, il s’écoute… Mais il souffre du syndrome Ninja Tune, le même que celui des disques où se pressent trop de gens. Cette musique chamarrée au carrefour du jazz, de la musique électronique, du hip hop et d’autres genres encore (l’afrobeat sur "Ropepe", la soul sur "Beautiful Flowers") est plaisante et plutôt bien fichue, mais elle est sans grande conséquence. Et tous ces invités, plutôt que l’enrichir, nuisent à la constance et à la consistance de l’ensemble. Il se passe bien quelque chose par moments, comme avec les nappes et le petit gimmick entêtant de "Like This", avec Lil Sci, ou sur ce lointain cousin du trip hop classieux d’Alpha qu’est "Earth’s Children", avec Mia Doi Todd, à la frontière parfois ténue entre le magnifique et l’ennui. Mais cela ne suffit pas à faire un album, un solide, un mémorable, un vrai.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet