Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SCOTT DA ROS - One Kind of Dead End

, 21:51 - Lien permanent

Deux mots s’imposent pour qualifier ce premier album : ténébreux et ambitieux. Les compositions de Scott Da Ros nous plongent corps et âme dans la noirceur la plus totale. Pas sûr pour autant qu’elles impressionnent autant qu'elles le voudraient.

Endemik Music :: 2006 :: acheter ce disque

Il commence bien ce disque, avec ce morceau d’Ennio Morricone et de Peter Tevis issu de Pour une Poignée de Dollars, et que le producteur a alourdi pour l’occasion, puis avec ce "Monster Mashout" qui associe idéalement le rap exalté de Bleubird et un beat effroyablement sombre signé Scott Da Ross. D’emblée, avec ces deux titres, le patron du label Endemik nous signifie deux choses : un, qu’on ne va pas beaucoup rigoler sur cet album dans la droite lignée du rap le plus glauque de cette bonne vieille scène d’Halifax ; deux, qu’il n’a pas pris l’affaire à la légère, qu’après deux maxis, quelques productions pour le Sloppy Doctor de Bleubird et un remix de Sixtoo, cette première sortie long format est portée par une ambition.

Sur le tout premier point, nous sommes servis. Jamais Scott Da Ros ne s’échappe des ténèbres. Il y plonge instantanément tout son disque pour ne plus jamais l’en sortir. L’atmosphère est pesante, le rythme lent et insistant, les samples inquiétants, les compositions souvent absconses et remplies d’électronique qui fait peur. C’est un long dédale où tout espoir de s’échapper est vain, où ne se rencontrent que des rappeurs en perdition, menaçants, pessimistes et désabusés, du genre à s’exprimer avec une voix tabagique de mort-vivant ("This Great Evil"), à rapper en japonais (Yskee sur "Infinite Labyrinth") ou à sortir des aphorismes façon "we know who we are, we just don’t believe in it", comme Dave Pal sur cet "Art of Rejection" exemplaire dans le style.

Bien sûr, cette noirceur va de pair avec l’autre point clé du disque : l’ambition. One Kind of Dead End est rempli de tentatives audacieuses, comme cet inquiétant titre de blues rap assez réussi, nommé "1912 ‘til Infinity" en clin d’œil aux Souls of Mischief et interprété par le couple à la ville JD Walker et Sontiago, représentants éminents de la scène rap du Maine. Ou encore comme "Silence + Circles", ce très long titre conclusif où Tweetch !zown, Bleubird et K the I??? se succèdent au micro sur une série de mouvements plus opaques encore que tout ce qui a précédé, où traînent ici et là des bouts de musique contemporaine et où plane l’ombre tutélaire d’un Can dans ses moments les plus radicaux.

C’est ambitieux, donc. Mais l’ambition, c’est dangereux et c’est risqué. Et il n’est pas sûr que le producteur atteigne ses objectifs sur One Kind of Dead End. Au bout du compte, les titres les plus marquants restent ceux déjà sortis sur maxi, comme le "Monster Mashout" déjà cité ou comme cet "Ocean Splits in Half" rappé par Apt et K the I???. Le reste est impénétrable, n'impressionne pas. Surtout, il se départit peu des phases les plus expérimentales traversées par le rap indé, par Anticon à ses débuts (il fallait bien finir par le lâcher, le nom du label de Sole, d’ailleurs présent ici). Ce disque est davantage une fin et un cul-de-sac qu’un renouvellement. C'est d'ailleurs peut-être pour ça, consciemment ou non, que Scott Da Ross lui a donné un tel titre.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le samedi 7 octobre 2006, 18:35 par Gnou

(Scott da Ros est à moitié de Halifax, mais maintenant il est au Québec, et Endemik est basé à Montréal)...
J'aime bien Infinite Labyrinth, et l'ambiance globalement industrielle/crado de l'album, c'est quand même un bon album, je trouve...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet