Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NOBS ALLOWED - No Phukkin Clu

, 22:16 - Lien permanent

Dans l’abondante discographie de Factor, se côtoient l’excellent et l’infâme. Mais sur ce premier album de NoBS Allowed dont le patron de Side Road Records signe les beats, rien de cela. Aucun trait de génie, aucun passage rédhibitoire : des nombreux disques qu’il a produits, No Phukkin Clu est peut-être le plus homogène.

Medici State :: 2006 :: acheter ce disque

NoBS Allowed. Non, pas Nobs, le rappeur de Fingerprint Records, l’ami de Brad Hamers. Mais NoBS Allowed, comme "No Bullshit Allowed", "aucune merde ne sera permise" si vous voulez, un nom piqué à Stetsasonic et qui ne laisse pas la moindre ambiguïté sur la nature de ce premier disque : No Phukkin Clu est purement hip hop. Avec sa chanson rap réaliste qui représente sa région d’origine, qui clame son respect pour ses copains, qui n’aime pas les wack et qui passe en revue ses sentiments, avec ses scratches et ses boucles accrocheuses pour faire tourner le tout, ce rappeur issu du collectif Crack Korner n’est pas là pour révolutionner le rap. Il est venu tout simplement apporter sa contribution au genre, sans bousculer les codes établis, secondé par une vieille connaissance, cet inlassable, cet insatiable Factor qui, non content de produire tous les disques Side Road Records et de les sortir à un rythme infernal, a concocté de nouveaux beats pour cet autre habitant de Saskatoon.

Dans l’abondante discographie de Factor, il y a de tout. Sur les disques trop nombreux qu’il produit, se côtoient l’excellent et l’infâme. Mais sur No Phukkin Clu, rien de cela. Aucun trait de génie, aucun moment rédhibitoire. Quelques passages accrochent plus que la moyenne, comme le petit gimmick triste de "Crackkorner", comme le mélodique "One Day" et son chant r’n’b, d’ailleurs sélectionné par Factor sur sa récente compilation, ou comme le sautillant clavecin de "Why We Rap". Mais ce ne sont pas des hits pour autant. Conformiste dans la musique comme dans les paroles, traversant tous les passages obligés, du titre funky sur les filles ("B.A.M.") à plus d’introspection, No Phukkin Clu est en fait le parfait "bon disque moyen", celui qui prouve que "personnel" n’est pas un synonyme de "original". Cet album de NoBS Allowed ne sera pas remarqué en dehors d’ici, il ne figurera jamais dans la moindre sélection hip hop, cette année ou plus tard. Il restera la participation modeste d’un Canadien inconnu à cet énorme maelström compliqué qu’est le rap. Mais pour ceux qui l'auront gardé bien au chaud dans leur discothèque, il ne devrait pas trop mal vieillir.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le samedi 7 octobre 2006, 20:19 par Mo

Ouais, assez d'accord avec cette chronique. Je me le suis écouté aujourd'hui et bien que sans génie, ça s'écoute bien. Par contre pour une deuxième ou troisième écoute, je ne sais pas.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet