Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

FACTOR - Famous Nights and Empty Days

, 22:58 - Lien permanent

Si le but d’une compilation, c’est de présenter un artiste, d’être l’échantillon représentatif de tel ou tel artiste, alors Famous Nights and Empty Days est exemplaire. Ce long disque du producteur Factor est un parfait résumé de tout ce qu’il peut faire, du meilleur au pire.

Side Road :: 2006 :: acheter ce disque

Il y a deux types de compilations. Il y a le best-of, qui réunit les meilleurs titres d’une carrière déjà conséquente, fort utile quand celui-ci n’a jamais été capable de proposer un disque bon de bout en bout. Et puis il y a l’échantillon, qui lui s’attachera à montrer tout ce dont tel ou tel artiste est capable et qui acceptera des titres moyens, pourvu qu’ils soient représentatifs de sa musique. Ce long "Famous Nights and Empty Days" est de ceux-là. Cet album est un point d’entrée, un CV, une carte de visite parfaite pour qui souhaite en savoir un peu plus sur Factor, le très prolifique producteur de Saskatoon et patron de Side Road Records. Tout ce qu’il fait et tout ce qu’il est se retrouve concentré sur ce disque, pour le meilleur et pour le pire.

D’abord, et avant même de poser le CD dans la platine, le tracklisting du disque est un aperçu synthétique de l’impressionnant réseau de collaborateurs que l’artiste a monté. Ils sont tous là, ses potes de label à la Nolto, Kay the Aquanaut, Def 3, Forgetul Jones et Chance Won, Barfly d’Oldominion, les Shapeshifters et affiliés, d’autres ressortissants du West Coast Underground et des voisins de Saskatoon comme NoBS Allowed. Les amis de Factor sont si nombreux que cela donne lieu à des alliances improbables, comme cet "Out of the Loop" où ce bon vieux Epic et le duo Barfly’s 22 se donnent la réplique. Sans l’entremise de Factor, il était difficile d’imaginer notre MC canadien d’âge mûr aux côtés du très rock’n’roll Existereo.

Famous Nights and Empty Days est aussi une bonne introduction au producteur, il révèle tous les styles dont Factor est capable. Le disque ne fait pas l’impasse sur ces fameuses boucles creuses que le plus brillant des emcees ne saurait sublimer ("Bridge City", par exemple) et pour lesquelles notre homme a toujours eu un penchant regrettable. Mais il y a aussi quelques bonnes idées comme la voix voilée qui accompagne Chance Won sur "Before the Storm" et des colorations variées qui vont du sample soul du "Struggle" de Benny E à la dureté du "Die" d’Ira Lee. Et puis surtout il y a ce guitar rap qu’il maîtrise si bien, comme ce "Famous Nights and Empty Days" où s’exprime Kirby Dominant, le portrait de loser que nous dresse Nolto sur son excellent "Loman’s Lament", et d’autres titres encore. Sans oublier le son dépouillé juste comme il faut de "The City", un beat taillé sur mesure pour Epic, grâce auquel Factor démontre sa redoutable capacité d’adaptation.

Famous Nights and Empty Days est donc en premier lieu un album instructif, une visite guidée dans la musique d’un producteur devenu incontournable à force d’être omniscient dans le petit monde hip hop indé. En attendant cette autre compilation qui devrait bien venir un jour, ce best-of pour lequel Factor a déjà la matière, ce présent disque fera l’affaire.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet