Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JERMISIDE & BRICKBEATS – The Red Giants

, 22:56 - Lien permanent

S'il faut persévérer avec le rap classique et nostalgique dont le Mid West est devenu le refuge, si malgré tout il faut continuer à s’y intéresser, alors peut-être les quelques bons titres offert par Jermiside et Brickbeats sur leur premier album commun pourront cette année faire l’affaire.

Rip.smash :: 2006 :: acheter ce disque

Dans la famille "rap middleground acceptable", je demande Jermiside & Brickbeats. Le premier album commun de ces rappeur et producteur de Cincinnati comprend tous les passages obligés de ce hip hop très répandu dans le Mid West, celui qui n’a jamais passé le cap des 90’s et qui reste rivé sur le New York d’il y a 10 ans. Côté paroles, il y a l’hommage au hip hop fondateur et salvateur ("Soundgazing"), l’inquiétude devant la marche du monde ("Good Morning America"), des histoires de ghetto, un brin d’ego trip bon enfant ("Illustrious Brothers") et l’invitation à faire son truc ("Do Ya Thing"), le tout déclamé avec un phrasé doux et coulant. Côté musique, c’est cordes et voix soul ("Soundgazing"), cuivres de même origine ("Do Ya Thing"), guitare jazz ("FP", "Outro"), quelques pincées de scratch, l’usage récurrent de voix féminines accélérées, et des gimmicks usés façon sample de jeu vidéo ("Magnificent"). Bref, ça n’est que du tout cuit et de la resucée, excepté peut-être les accents tropicaux de "Pair-A-Dice Island".

The Red Giants est le disque sans prétention de deux personnes pour qui le rap se limite à un horizon limité. Plusieurs plages sont vaines, futiles et dispensables. Ses auteurs, ne sont ni des artistes, ni des carriéristes. Ils ne veulent pas frapper de grand coup, ils ne proposent aucun hit, pas le moindre pavé dans la mare ou commencement de polémique. Jermiside a même avoué dans une interview qu’il ne fera sans doute pas de vieux os dans le rap, que c’est un truc de jeune. Mais sur certains des titres déjà cités ou non comme "Oneder Years", "Do Ya Thing", "FP", "Satisfied", et même avec le "rap Mozart" de "Cowards Course", il y a un petit peu plus qu’une simple formule. Les deux hommes livrent un travail d’artisan, ils ont su "faire leur truc", même si ce "truc", c'est aussi celui de centaines de rappeurs avant eux. Sans être le disque de l’année, voici au moins un album de classic rap récent avec quelques moments attachants.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet