Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NOBS - Typical Hip Hop Shit

, 23:26 - Lien permanent

Poursuite du voyage en arrière dans la courte mais déjà conséquente carrière de Nobs avec Typical Hip Hop Shit, son album hargneux et vindicatif, disque hip hop typique, donc, mais pas tant que ça.

Fingerprint Records :: 2003 :: acheter ce disque

En 2004, Nobs était un pédé, une chochotte. Avec son Musicide, il était bien parti pour être catalogué ad vitam eternam poète rappeur tristounet au cœur de chou-fleur. Mais le MC n’a pas voulu s’enfermer si prématurément dans une catégorie. Il s’est énervé, il a voulu prouver le contraire, il a voulu montrer que lui aussi, il pouvait être méchant. Et, profitant de son entrée chez Fingerprint Records, il a sorti Typical Hip Hop Shit.

Non, le titre très explicite de cet album n’est pas ironique. Il s’agit bel et bien du disque rap de Nobs, celui où il retrouve un flow, celui où il se lance dans l’ego-trip, avec un phrasé relevé et mordant qui se rapproche de très, très près de ce que peut faire un Edan. D’emblée, avec un "Typical Introduction" où il se montre énervé comme jamais, le bonhomme donne le ton. Sur le son d’une guitare funk, il livre avec arrogance des sorties pleines des gros mots de circonstance, façon "I release through the court and unleash on the hordes, no CDs in the store or a deal with these whores, just a fat dick for the critics with chap lips who don't recognize the blueprint of a classic". Ses paroles, son phrasé et sa prononciation sont remplis de hargne et de bile, qu’il s’agisse de s’en prendre aux femmes ("S&M") ou de dresser un portrait au vitriol du critique musical ("The Critic").

Pour autant Typical Hip Hop Shit n’est pas le contrepoint parfait de Musicide. Des interrogations sur sa vie ou sur sa carrière (avec un peu d’autodérision et d’humour en filigrane) et l’histoire d’une relation difficile ("Gun Girl") font le lien avec le disque d’avant. Et puis les deux albums se ressemblent en un point, l’essentiel : malgré pas mal de remplissage, ils recèlent quelques petites perles qui montrent qu’il y a toujours quelque chose à grappiller sur un disque de Nobs : d’abord "Warped WAX", où le rappeur s’exprime sur son statut d’artiste accompagné d’un beat admirablement rêche ; vers la fin l’entraînant "Hot Sand" avec Eibol et Losaka, la description d’une plage en guise de métaphore de la vie ("Life is a beach", la bonne blague…) ; et puis l’une de ces conclusions mémorables qui font oublier que le disque n’a pas toujours été du meilleur niveau, un excellent "FLBS" à l’instrumentation très rock, avec comme message ce mot d’ordre éternel mais toujours aussi pertinent : "vis ta vie et fous-toi du reste". Un mot d’ordre qui est resté celui de Nobs après ce très court disque, et qui l’année d’après lui a permis de sortir son album le plus abouti, l’excellent Workin’.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet