Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

COMPILATION - Hue and Laugh and Cry

, 22:16 - Lien permanent

Une fois de plus, les Japonais ont bien fait les choses. Cette compilation de rap indé proposée par les gens de Hue avec une bonne partie de nos chouchous est exemplaire, chose rare en la matière.

Hue / Inpartmaint Inc. :: 2006 :: acheter ce disque

Le Japon est un pays en tout point fascinant. Là-bas, chaque genre musical a ses fans. Quelle que soit son époque, son style ou sa notoriété de par le monde, il a ses otakus. Des artistes quasiment inconnus à l’échelle mondiale vendent 5 fois plus au pays des mangas que sur le reste de la planète. Leurs disques sont réédités dans des versions luxueuses introuvables ailleurs, avec jolis packages et plages bonus. Des gens tout aussi motivés qu’invisibles s’activent à ce genre de travail avec un soin inimaginable. Il était donc dans l’ordre des choses que la grande scène emo rap, folk rap, indie rap ou je ne sais plus comment l’appeler, cette collection de rappeurs qui s’étend sur un grand territoire en forme de banane de la Californie à la Belgique, en s'attardant longuement au Canada, bénéficie à son tour de ces faveurs nippones.

Les Japonais en charge de ce travail, ce sont les gens de Hue. Dans les mêmes temps qu’un nouvel album de Nomad, ils ont sorti une jolie compilation intitulée Hue and Laugh and Cry, Sounds of Humming Hip Hop où ne figure que du beau monde : Josh Martinez en guise de tête de proue, présent à deux reprises ; Noah23 ; les belges de Cavemen Speak, seuls, ou avec Bleubird, Marcus de Stacs of Stamina et Nuccini de Giardini di Miro ; un bon contingent issu de Sideroad Records, le label de Factor ; ses voisins Epic et soso de Clothes Horse Records ; pour la Californie les frères Ceschi et David Ramos ainsi que les Escape Artists ; puis Losaka, du très bon label new-yorkais Fingerprint Records. Et donc, les Japonais se sont admirablement acquittés de leur tâche. Le livret est peu fourni, mais leur idée de pochettes alternatives et inversées est ingénieuse. Et surtout, nerf de la guerre, la sélection est bonne.

Hue a fait un vrai disque. Pas l’une de ces misérables compilations rap indé qu’on a connues par le passé, du genre fait à la va-vite par des internautes amateurs, avec les bons artistes mais pas les bons morceaux. Ici, en plus, ce n’est pas du réchauffé. Place est faite aux inédits, sinon aux remixes. Et si évidemment les titres présents sont inégaux, la moyenne est globalement élevée. Le remix par Maki du "Waiting Under a Wax Paper Sky" de soso est moins bon que l’original, mais c’est tout le contraire pour celui du "Good Music & Indian Food" de Zucchini Drive par Nuccini. L’alliance entre le rap vindicatif de Siaz et la voix d’enfant fragile de Nomad est au mieux sur "Backbone". Le premier titre de l’ami Martinez, celui où les instruments de Pissed off Wild l’accompagnent, n’est pas mauvais non plus. "Proof of Love" n’est pas la plus belle chanson d’amour proposée par Ceschi, mais elle n’aurait pas dépareillé sur son excellent They Hate Francisco False. La décharge de haine filiale lancée par Ira Lee sur "Die" est assez impressionnante. Et le "Another Tomorrow" de la joyeuse bande de Metropolis Now fait une conclusion de premier choix.

Tous ces titres sont bons, mais deux autres méritent une mention spéciale. En premier lieu cette histoire d’une vie triste relatée par Nolto sur "Loman’s Lament" avec un formidable accompagnement folk rap mâtiné de synthé signé Factor, un titre qui confirme la très bonne surprise que fut l'an passé le Red All Over des deux compères. L’autre morceau véritablement mémorable est celui d’Eekwol sur ses motivations de rappeuse, un morceau qui bénéficie d’un travail exceptionnel du producteur Mils. Ce genre de titres, franchement, vous ne les croiserez pas sur la première compilation rap venue. Les Japonais sans visage qui gèrent Hue n’ont bâclé ni leur tri ni leur ouvrage. A l’avenir, nous devrons les suivre les yeux fermés, et les oreilles grandes ouvertes.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le lundi 29 mai 2006, 11:55 par ods

ça a l'air très bon tout ça.
j'ai plus qu'à mettre la main dessus pour me faire un avis.

2. Le mercredi 31 mai 2006, 11:57 par Newton

Effectivement, un trés bon travail de compilation. Quelques morceaux que je connaissais pas et que je découvre avec plaisir.
Le morceau de Metropolis Now est jouissif; content de le retrouver ici. Décidemment, dés que Nolto se trouve quelque part, je ne peux m'empêcher d'apprécier.

Il n'y a guère que celui d'Ira Lee qui ne m'a pas trop convaincu. Un flow un peu soporifique.
Sinon oui je crois qu'un des sommets pour moi c'est aussi la prestation des Cavemen. Et je découvre avec sympathie Josh Martinez sur lequel je ne m'étais jamais penché auparavant.

Quoiqu'il en soit, une compilation trés homogène et complète de la sorte c'est plutôt rare. Un trés bonne entrée en matière pour ceux qui ne connaissent pas les artistes.
Bravo à Hue.

3. Le mercredi 31 mai 2006, 12:10 par Fake For Real

Ira Lee est peut-être le plus rap. En tous cas, il semble très apprécié par ses pairs, même si dans l'absolu, je ne trouve pas non plus que ce soit le plus fort de cette scène. Mais je trouve ce titre quand même assez impressionnant.

4. Le vendredi 9 juin 2006, 08:45 par Umbre

Juste un message pour signaler que la compil' est également dispo sur le store de shadow animals : www.shadowanimals.com/zen...

Sinon j'aime bien pour ce que j'en ai entendu pour le moment. Eekwol est pour moi une vraie bonne surprise.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet