Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

KK - Pure Fragments EP

, 22:41 - Lien permanent

Comme d'autres, on avait découvert ce beatmaker japonais via le plus prestigieux de ses homologues, DJ Krush. Sorti cinq ans après sa participation à l'album Kakusei, le EP Pure Fragments s'avère un bon point d'entrée dans le monde de KK the Khaosist.

Lo-Vibes / Tri-Eight Music Supplies :: 2003 :: acheter ce disque

J’ignore quel est le rôle de DJ Krush dans cette histoire. Je ne sais pas si le gourou nippon du hip hop instrumental est devenu par hasard le plus visible d’une génération spontanée de beatmakers japonais au-dessus du lot, ou s’il a vraiment inspiré tous ces gens. S’il n’est qu’un pair plus connu que les autres ou s’il est vraiment leur modèle et leur maître à tous. Quoi qu’il en soit, quelle que soit la genèse de ce hip hop instrumental venu d’Extrême-Orient, on ne le remerciera jamais assez, et pour ses disques, et pour les artistes de son pays qu’il nous a faits connaître. On lui devait déjà la découverte de Tha Blue Herb. On lui doit également la révélation de KK, alias The Khaosist, producteur apparu sur l’album Kakusei en 1998 et fondateur l’année suivante de Lo-Vibes Productions.

Pure Fragments n’est qu’un petit EP de 7 morceaux et de même pas une demi-heure, un amuse-gueule sorti entre les deux albums du beatmaker, Vibration-Lo (1999) et Eternal Tones (2005). Mais c’est un condensé de talent, et sans doute la meilleure porte d’entrée dans le monde très spécial de KK. Il y a un point commun entre tous ces morceaux, une ligne motrice, un fil conducteur : ces gimmicks, ces rengaines instrumentales inéluctables, ces quasi-boucles imperturbables aux sons industriels qui en constituent chaque fois l’ossature. Mais à partir de cette charpente, KK multiplie les variantes. Il donne dans le petit exercice de hip hop jazzy et à la cool sur "Combo", et le saupoudre habilement de petits sons inquiétants. Il ajoute des bouts de voix étranges sur "Peak". Il fait beaucoup de bruit sur l’impressionnant "Xizm". Ou bien, tout au contraire, sur le "Uzu" qui apparaît juste après, il propose une instrumentation langoureuse, à peine troublée par des tentatives de percussion.

Mais le morceau emblématique de ce EP, sa perle, son concentré de génie, c’est le second, c’est ce remarquable "Echoes". Un titre tellement bon que KK a tenu à le recycler (tout comme le "Xizm" déjà cité) sur son album sorti en septembre dernier, cet Eternal Tones dont il sera bientôt question ici. Cette merveille commence par deux sons synthétiques prudents et discrets, pour se poursuivre pendant près de 5 minutes par l’un de ces motifs infernalement répétitifs dont le Japonais a le secret, un motif parsemé avec parcimonie de tout petits détails bien sentis, cloches lointaines ou bruits de vaisselle, chant ethnique féminin ou je ne sais quoi d’autre. Dit comme ça, ça sonne bizarre, inhabituel, peut-être même un peu louche. Et en effet, c’est bizarre, c'est inhabituel, et même franchement exotique. Mais c'est à découvrir absolument.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet