Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ZUCCHINI DRIVE - Being Kurtwood

, 22:32 - Lien permanent

Sur ce premier album, Zucchini Drive et leurs dizaines de copains proposent une jolie musique super bien fichue qui laisse difficilement prise à la critique. Pourtant, il y a quelque chose de trop propre et de trop appliqué sur ce Being Kurtwood. Quelque chose de pas si naturel.

2nd Rec / La Baleine :: 2006 :: acheter ce disque

Cavemen Speak, ça a toujours été le pendant européen d’Anticon. Certains les apprécient pour ça, d’autres le leur ont reproché, les taxant de sous-produit. Quant aux deux Belges eux-mêmes, ils n’ont jamais renié cette influence, bien au contraire. Il était donc logique qu’avec le temps, le groupe de Courtrai suive en parallèle l’évolution du label emblématique du rap de blanc déglingué. En 2006, quelques mois après les originaux, Siaz de Cavemen Speak propose donc son propre 13 & God, accompagné à l’occasion par son copain suédois Marcus Graap, lui-même issu de Stacs of Stamina, les hérauts de l’eurocrunk (l’eurocrunk, j’vous jure, c’te blague…). Comme pour mieux faciliter la comparaison avec le projet commun de Themselves et du Notwist, Markus Acher est aussi de la partie, ainsi qu’Alias et d’autres gens de l’entourage d’Anticon, comme Bleubird et Lord Grunge de Grand Buffet. Sans compter d’autres invités encore, parmi lesquels les Italiens de Giardini di Miro, et un contingent issue de Morr Music et composé de Styrofoam, de B. Fleischmann et de Populous.

La réunion de tous ces gens bien aboutit à un patchwork musical plein à ras bord d’idées. Des idées pas toujours originales, des idées qui évoquent toutes quelque chose de déjà entendu. Mais de bonnes idées quand même. De jolies guitares, par exemple sur "Earth to Kurtwood", l’un des moments forts de l’album. De petits crépitements électroniques. Des scratches placés aux bons endroits. Des accélérations bienvenues et des refrains hauts en couleur. Un sitar ("Bonafied Gambler"). De belles nappes progressives sur le très réussi "Vagabondage", une production de Styrofoam. Et un "Easy Tiger" avec Bleubird qui n’est pas devenu le single pour rien, un titre véritablement accrocheur avec son synthé qui triture les oreilles et son refrain repris en chœur. Bref, Zucchini Drive et leurs dizaines de copains proposent des pièces de choix et une musique qui laisse difficilement prise à la critique, sauf à chercher la petite bête.

Pourtant, ce Being Kurtwood souffre des mêmes défauts que d’autres sorties Cavemen Speak et apparenté, comme le récent projet commun de Nomad et du Canadien Epic : il y a ici quelque chose de trop propre, de trop pensé et de trop appliqué. Il y a surtout une grosse différence avec Anticon. Tout n’est pas bon sur le label de Sole, mais la synthèse entre hip hop, pop indé et bouts d’électronique y coule de source. C’est un produit naturel, une fusion accomplie par des gens biberonnés à tous ces genres. Alors qu’ici, la musique proposée n’est pleinement convaincante qu’accompagnée de chants, comme si elle était faite substantiellement pour ça, comme si la greffe rap était un peu forcée. Les deux Zucchini Drive ont beau finir "Banned for Poland" avec des "booyaka", on n’y croit pas vraiment. Il y a des points levés qui n’engagent à rien, de la hargne qui ne remue pas les tripes. Il y a ici une belle pop électronique qui ne s’assume pas complètement, qui s’encanaille sans grande raison avec des raps peut-être tout bonnement superflus.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet