Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RED ANTS - Phobos Deimos

, 22:07 - Lien permanent

Les Red Ants de Toronto donnent dans un rap outrancièrement sombre, tant en ce qui concerne les paroles, virulentes, que le son, martial. Souvent, le trait est trop gros, il est trop forcé. Mais une poignée de titre tirent leur épingle du jeu.

RED ANTS - Phobos Deimos

Seize the Capital! Records :: 2005 :: acheter ce disque

Un duo à peu près inconnu sorti de Toronto et qui cite Noah23, Barracuda72 et Mindbender dans les notes de pochette, parmi des dizaines d’autres gens inconnus. Une imagerie science-fiction (la pochette, le titre), une rhétorique révolutionnaire (ce nom de groupe qui évoque les masses laborieuses, celui du label, cette silhouette de bolchevik en guise de logo), une insistance sur la couleur rouge (la pochette encore, le nom du groupe à nouveau - et Phobos et Deimos, ne sont-ils pas les deux petits satellites de la planète rouge ?). Des sorties façon "This is rap music, paranoid and agressive for schizophrenic bi-polar manic depressives". Tout ça permet d’avoir une première idée de la musique des Red Ants et de leur premier album. A priori, nous nous engageons de plein pied chez de nouveaux rappeurs canadiens arty et engagés.

Après enquête, il apparaît que les Red Ants sont à l’origine un trio formé de deux MCs d’origine guyanaise, Predaking et Modulok (drôle de pseudo, ça, Modulok) et d’un beatmaker, Vincent Price, qui a effectivement côtoyé Noah 23 et produit des sons pour lui. Mais sur ce disque, les deux tiers seuls du groupe sont présents. Predaking n’intervient malheureusement que sur un titre, ‘Boston Crab’ et ce pour cause de prison... Hormis ce morceau et un autre avec un certain Astral, Modulok se retrouve seul avec son rap vindicatif à forte dose d’ego-trip, de paroles agressives et d’images ravageuses. Sa voix n’a rien d’exceptionnel, ce n'est pas elle qui tient le disque, mais il compense avec une folle virulence pas loin de dépasser les bornes. "Zyklon b-boy" (sur "Cockroach Omen") - hum.

La musique de Vincent Prize est à la hauteur de ce rap offensif. Elle est lourde, sombre et répétitive. Martiale en un mot. Souvent, cela manque de finesse. Le trait est trop marqué, l’effet trop insistant. Les beats disent trop ouvertement ce qu’ils veulent dire. Et cela peut-être saoulant ("Symbiotic Killing Fields", "Blunt Object"). Mais une poignée de titres tirent leur épingle du jeu, comme "Lot’s Wife" ou comme un "Incendiary Objects" d’autant plus péchu qu’il est question d’incendier les attributs capitalistes de notre société. D’autres titres, pénibles ou insignifiants à prime abord, se bonifient avec les écoutes ("Asphalt Static"). Et surtout, il y en a un largement au-dessus des autres, un que les deux compères, fort avisés, ont placé à la fin de l’album. Long et haletant, "Future Imperfect" commence comme un hommage nostalgique à une vie passée de grafeur, puis bascule tout à coup dans un paysage d’apocalypse urbaine. Le futur promis au monde par ces Red Ants paraît bien noir. Souhaitons au leur de n'être pas aussi imparfait que celui qu’ils décrivent.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi 16 novembre 2007, 17:03 par K.

Sympa ce Modulok. Beaucoup de présence sur scène... Impressionnant.
Sinon je partage assez l'opinion exprimée quant au disque en lui-même, qui est éhontément martial...
bonne continuation.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet