Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

EIBOL - Karma Kingdom

, 18:28 - Lien permanent

Vous ne connaissez sans doute pas EiboL (prononcer "eyeball"), pourtant, le bonhomme est actif sur la scène rap depuis la fin des années 90 et s’est déjà illustré sur disque, notamment sur le From Point A to H des Hand Held Aspects (H2A), un collectif dont les membres sont Losaka, StayInSane et Hippo. Pour aller vers des références légèrement (mais à peine) plus connues, précisons qu’Eibol est aussi le patron de Fingerprint, label basé près de New-York, et qu’il a sorti l’an dernier le très bon Workin’ de Nobs, dont il est également l’un des producteurs. Les deux hommes font d’ailleurs partie d’un autre groupe, Neandertal Youth, responsable d’un autre disque qui vaut le détour, Unearthed : The Early Years.

EIBOL - Karma Kingdom

Fingerprint Records :: 2005 :: acheter ce disque

C’est bon, vous suivez ? Si ce n’est pas le cas, si cette ribambelle de noms et de références vous indiffère, retenez simplement l’essentiel : Karma Kingdom est l’album solo sorti par EiboL cette année et il est diablement bon. Mené tambour battant sur près d’une heure par un MC / producteur particulièrement volubile, il déborde de titres au-dessus du commun, aux premiers rangs desquels l’entraînante introduction en chœurs et violons de "All For What", le petit piano insistant et le refrain de "Ask ?’s", l’apaisé "Rhythm" et son saxophone et l’enlevé "No Love Lost". Tous ces titres figurent sans mal parmi les plus chouettes chansons rap de l’année. Et comble de bonheur, ils sont tous sur le même album.

Conçu presque intégralement par une seule personne, mis à part les cuts de DJ Gyro et la participation occasionnelle d’un chanteur, d’un guitariste et d’un saxophoniste, Karma Kingdom a cette unicité de ton qui manque à 99,99% des disques rap. Pour autant, EiboL n’a pas renoncé à la diversité. La variété des thèmes et des sons est marquée. Et elle est d’autant plus appréciable qu’elle ne jure pas. Le rap d’EiboL s’essaye à tout sans jamais faire dans le ressassé. Il peut se colorer de mélodie et de guitare, donner dans la nu soul en compagnie de J. Fuentes sur "Track 36", tourner jazz rap avec "Place to Be", jouer de la petite boucle simplissime mais qui tue sur "Peel the Nikes", ou virer dancefloor sur l’excellent "Dedication" ou sur un "Burnin" tout en basse, le seul titre produit par un autre, Losaka en l’occurrence. Tout ça avec le même bonheur.

En cherchant bien, malgré tout, il est toujours possible de reprocher deux ou trois choses à cet album : "Vagabond Song" par exemple, n’est pas la meilleure conclusion qui soit, et il se trouve tout de même quelques passages dispensables parmi ces nombreux titres qui dépassent rarement les 3 minutes 30. Mais cela n’est que broutille et chipotage eu égard à la richesse de ce Karma Kingdom qu'il est encore temps d'ajouter à votre "best-of list" de l'année 2005.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mercredi 28 décembre 2005, 19:07 par Newton

Je t'ai rarement vu aussi enthousiaste dans une chronique. Je vais me procurer ce Eibol

2. Le mercredi 28 décembre 2005, 21:49 par Umbre

J'm'en vais faire de même car j'avais bien aimé l'album de nobs. Donc je récapitule, sur le site du label il faut prendre :
- Eibol "Karma Kingdom"
- Neanderthal Youth "Unearthed: The Early Days"
- Nobs "Workin"

Autre chose à conseiller(car en ce qui me concerne les ribambelles de noms ne me laissent pas indifférents)? Merci @+

3. Le jeudi 29 décembre 2005, 23:35 par Newton

Aprés écoute: je ne connaissais Eibol que de nom, et encore de loin, mais je dois dire deux choses au sujet de cet album.

Premièrement, le bonhomme a un flow trés vivant ce qui lui permet de faire vivre son morceau sur du minimaliste et sur des instrus plutôt simples en général mais toujours suffisantes. Comme sur "Burnin'" par exemple durant les couplets: un beat et une ligne de basse et c'est parti. Idem sur "A song for jake" (j'accroche à fond) et d'autres.

Deuxièmement, sur l'album en général: on bouge beaucoup la tête, c'est super entraînant. Certains sons ont une petite couleur un peu old school dans leur beat et ca fait du bien.

Effectivement, c'est un trés bon album. Du rap qui s'apprécie dés le départ avec un premier morceau qui nous met directement dans l'ambiance. Pour autant, il ne tombe pas dans la facilité de la boucle; il y a quand même ce petit quelque chose qui fait la différence. Et je rejoinds Sylv': les bons passages donnent des morceaux excellents.

Quelques petits ratés pour moi: "Dedication" par exemple auquel j'ai pas vraiment accroché mais bon ca reste une affaire de goût.

En tout cas j'avais pas accroché à un album de rap de ce genre depuis quelques mois, Eibol me réconcilie avec le style.
Pour la peine, je rajoute un petit mot sur HHC pour cet album qui vaut largement le détour.

Merci Sylv'. :]

4. Le vendredi 30 décembre 2005, 16:24 par eibol

thank you to you all for writing great messages about my new record Karma Kingdom. I really appreciate you guys taking the time out to listen to my music! Please, I hope you guys spread the word out there... I am trying to get out to france to do some live shows with my DJ, If anyone is interested in helping me make it out there and wants to work with me on getting some shows please feel free to e-mail me here: eibolone@gmail.com

Thanks again for all the support!!!

One love

EiboL

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet