Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CESCHI - Fake Flowers

, 19:48 - Lien permanent

Fake Flowers doit autant à Morrissey et à Brian Wilson qu'à Freestyle Fellowship et aux Shapeshifters, prétend une critique assez juste de cet album de Ceschi. Si cela est bien vrai, franchement, vous auriez tort de passer à côté d'un tel disque, non ?

CESCHI - Fake Flowers

Beyond Space Entertainment :: 2004 :: acheter ce disque

Si vous n'avez plus écouté de rap depuis cinq ou dix ans, si vous êtes restés bloqués au boom bap, aux artistes bling bling et à l'imagerie gangsta, ou, pire encore, si même ces mots barbares ne vous disent rien du tout, Julio "Ceschi" Ramos vous propose un cours de rattrapage. Fake Flowers rassemble tout ce qu'un certain hip hop éparpillé entre le Canada et la Californie a pu produire de différent et de bien plus ou moins récemment.

Tout est ici : petits raps bricolés/chantés à la Anticon ("Invisible Friend"), morceaux en Espagnol et accompagnements à la guitare façon Of Mexican Descent, mélange hip hop et drum'n bass ("Bad Love Poem") comme seuls les Canadiens de Plague Language en font encore, fantaisie latine ("Visions", "Cria Cuervos"), et même jolie chansonnette pop ("Blue Morsel"). Le principal intéressé, Ceschi lui-même, n'est pas en reste avec son flow couteau-suisse, son phrasé à plusieurs vitesses capable de glisser sans heurts du rap au chant. Et avec ses histoires d'amours déçus, d'innocence perdue, d'être cher disparu. Histoires tristes s'il en est mais qu'il est capable de traiter avec beaucoup d'humour ("La Virgen Maria").

Les invités, naturellement, sont nombreux. Et ils ne dépareillent pas sur ces sons éclectiques. On citait Plague Language, et précisément c'est The Orphan, le producteur maison, qui signe les beats jungle cités plus tôt. On parlait d'Of Mexican Descent, et justement la moitié du duo, Xololanxinxo, est là (le gros latino, Ceschi, son frère David et Tommy V. ont par ailleurs un groupe commun, Toca). Les autres gens conviés sont d'autres représentants de la scène West Coast Underground, notamment Maleko, Tommy V et le producteur Gunther B, ainsi qu'iCON the Mic King, pour citer les plus connus.

Comment, même ces plus connus, vous ne les connaissez pas ? Il est donc tant pour vous de vous pencher sur ce disque de Ceschi. Vous ne le regretterez pas, car en plus d'être l'échantillon représentatif d'un certain rap, Fake Flowers est aussi un très bon album.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet