Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SONGODSUNS - Over The Counter Culture

, 23:45 - Lien permanent

Le dernier 2Mex, la cuvée 2005, avec un nombre suffisant de réussites pour continuer à s'intéresser au bonhomme, mais en même temps bien trop de déchets pour être vraiment satisfaits.

Up Above Records :: 2005 :: acheter ce disque

Il y a au moins un truc chouette sur ce nouvel album de 2Mex, c’est la pochette. Elle présente Over The Counter Culture comme un médicament. Le label devient le labo, la quantité est illimitée, la date d’expiration est infinie et le dosage recommandé est sans limite. C’est de la bonne médecine, sans doute, mais comme souvent avec les médicaments, elle a un arrière-goût désagréable. Bon, c’est bien 2Mex, même s’il apparaît ici sous son pseudonyme de SonGodSuns. C’est bien le rappeur d’exception des Shapeshifters, d’Of Mexican Descent et des Visionaries. C’est bien le mexicano-californien à l’impressionnant phrasé particulièrement haché, c’est bien ce digne héritier du Project Blowed bla-bla tout ça. Mais l’accompagnement musical, pris en charge par une ribambelle de producteurs, laisse à désirer. Et l’accompagnement musical, sans vouloir mettre de côté le principal intéressé et ses histoires d’amours déçus, ça ne compte quand même pas pour rien dans la réussite d’un album.

Les seules vraies réjouissances de l’album sont les titres produits par Omid (la petite musique sautillante et réjouissante de "Minors Into Fire", featuring Busdriver) et par Subtitle (la guitare de "Interruption From The Lie Love You", bien malsaine et efficace malgré un 2Mex irritant). Deeskee s’en tire lui aussi admirablement bien avec la boucle insistante de ce "Don’t" (featuring Die, LifeRexall, Joe Dub et Lord Zen) qui n’aurait pas dépareillé sur l’excellent Ravish. Si bien qu’à côté, Keykool des Visionaries et DJ Khalil de Self Scientific font bien pâle figure - beurk, cette resucée infâme de "I Didn’t Mean To Touch Your Hand", franchement. LifeRexall, lui, occupe la catégorie intermédiaire. Ses beats ont au moins le mérite de ne pas gâcher le charmant "Breath Of A Salesman", l’un des deux duos entre 2Mex et Jean Grae sur cet album. Babu est funky en diable sur "Over The Counter Culture". Quant à Sach, il échoue à restituer l’ambiance laid-back de The Nonce sur "Dream Small". A la limite, Cynic y parvient mieux sur le "So Many More Words" qui suit peu après.

Pour dire à quel point 2Mex est un type bien, dans l’absolu, il n’y a qu’à lire ces mots rapportés dans le dossier promo : "They Migh Be Giants and The Cure or Eels are what I really listen to. It’s me listening to Elliott Smith and trying to re-create that in hip-hop form". Vous ne le connaîtriez pas que vous auriez tout de suite envie de le rencontrer, avec des propos comme ça, et d’embrasser son gros menton poilu. Malheureusement, même s’il a autant de talent que tous ces gens, 2Mex est loin d’avoir sorti d’aussi des albums de leur niveau. Son meilleur solo, c’est encore le foisonnant B-Boys in Occupied Mexico de 2001. Depuis, il a sorti un album par an, mais aucun n’a été pleinement satisfaisant. Et surtout pas ce Over The Counter Culture où les morceaux lassants dominent. A ce rythme, l’exclamation enthousiaste "Ah ! Un nouvel album de 2Mex !" risque fort de se transformer un jour en un désabusé "Ah... Un nouvel album de 2Mex...".

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi 30 septembre 2005, 10:03 par Mo

Tout à fait d'accord avec la dernière phrase. 2mex me déçoit de plus en plus. Dommage.

2. Le samedi 1 octobre 2005, 12:07 par kreme

Je suis d'accord aussi. A part les prods d'Omid et Subtee, le reste oscille entre le très moyen et le franchement douteux. C'est son pire album, je ne l'ai meme pas acheté.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet