Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CONTROLLER 7 - Bumps

, 22:01 - Lien permanent

Que devient Controller 7 depuis Left Handed Straw et l'avènement d’Anticon. Eh bien, ses EP sortis chez Bully Records mis à part, il vient de nous proposer Bumps, une petite merveille de mix classic rap.

Controller 7 :: 2005 :: acheter ce disque

"Yo Man, fuck Cindirella, fuck Bon Jovi, and motherfuck Prince, man. This is rap. Yeah. Check this shit out!".

Dès la première plage, nous sommes prévenus de ce qui nous attend. DJ et producteur californien, anticonien de la première heure, aujourd’hui réfugié auprès de Sixtoo sur l’impeccable label Canadien Bully Records, Controller 7 paie avec cet excellent Bumps son tribut au bon vieux rap. Le vrai, l’original, celui des noirs (MC Serch excepté), des beats funky qui tapent et des emcees qui déchirent.

En temps normal, je déteste ce genre d’exercice. Les mix classic hip hop m’épuisent ou m’indiffèrent. Trop souvent, ils se traduisent par des compilations respectueuses et convenues parsemées sans surprise des quelques scratches de rigueur, de turntablism sans imagination. Mais parce qu’il sait s’affranchir de ce hip hop là, Controller 7 ne le momifie pas. Il lui offre une deuxième jeunesse, il le fait bouger, secouer, taper. Il le maltraite et le met en valeur à la fois. Il télescope les références et les sons pile au bon moment, par exemple quand le piano entêtant de "Shimmy Shimmy Ya" (Ol' Dirty Bastard) vient faire la liaison entre "Hand On The Pump" (Cypress Hill) et la trompette de "Have U.N.E. Pull" (Black Sheep).

J’aime ce mix. Il est devenu ma bande-son de l’été, et tout particulièrement ses premier et dernier tiers. Mais sans doute suis-je trop partial, trop sur la même longueur d’onde que Controller 7. Ses productions ne sont pas loin d’être ce que je préfère en matière de hip hop, aucune surprise qu’il en soit de même pour ses mix. Et pour bien faire, les artistes auxquels il a emprunté des morceaux sont précisément mes préférés – ou pas loin – du grand panthéon rap. Outre les habituels BDP, De La, Black Sheep, KRS One, Nas et Kool G. Rap, se bousculent ici les Hieroglyphics (via Del et Casual), le Project Blowed (via Volume 10), quelques female MC (MC Lyte et Sparky D) et d’autres encore, sur une plage entière ou par bribes. Bref, beaucoup, beaucoup de monde, puisque Controller 7 a fait entrer pas moins de 60 disques sur ce seul enregistrement.

J’aime ce mix. Sans doute suis-je aveuglé par ma passion pour Controller 7. Cependant, je le recommande de suite à tous ceux pour qui le hip hop d’autrefois n’est qu’une histoire révolue et compliquée, je le conseille à tous ceux qui n’ont découvert qu’avant-hier que le rap, finalement, c’était bien.

PS : ne cherchez pas ce mix de Controller 7 n’importe où, vous ne le trouverez pas. Commandez-le directement sur le site du principal intéressé : http://www.controller7.com

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet