Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

CHOCAHOLICS - Orchestrated B-Boys Screams

, 15:10 - Lien permanent

Le dernier CD mixé des Chocaholics est exactement pareil aux deux précédents : nécessaire à l’éducation des masses.

vulgar :: 2005 :: acheter ce disque

C’est la troisième édition et elle mérite les mêmes compliments que les deux précédentes : la dernière compilation mixée des Chocaholics dresse un panorama choisi et complet de tout ce que le hip hop des cinq dernières années a proposé de meilleur. La Californie fournit les gros bataillons de ce mix (Living Legends en groupe ou en solo, Subtitle, Xololanxinxo, Haiku d’Etat, A-Team, The Cuf, Saafir, Elon.is, Mystery School, etc.), mais les New-Yorkais (Beans), Japonais (Shingo2), Canadiens (Noah 23, Kunga 219) et autres ne sont pas oubliés. Tous les morceaux sélectionnés proviennent de supports vinyles, de vrais, qu’il s’agisse d’albums à peu près trouvables ou de maxis plus confidentiels. Et forcément, ils sont tous de premier choix.

Bon, personnellement, si j’avais voulu montrer aux masses à quel point ces gens sont capables de tueries, j’aurais peut-être choisi d’autres titres des Slumplordz ou de The Cuf. Mais en commençant leur série par le très rock’n roll "Leave Home" de Subtitle produit par Omid (à retrouver sur le récent album Young Dangerous Heart), les Chocaholics ne pouvaient trouver meilleure mise en bouche. Et puis nos deux compères n’ont pas oublié leur rôle de défricheurs : les meilleurs morceaux présents ici viennent des artistes les plus méconnus du lot. Je parle des excellents "Burning Bridges" des Painkillers (alias Joe Dub et Topik) et "Shiver me Timbers" des Swashbuckling Napoleons (alias Bleubird et Thesis Sahib de Bending Mouth). Sans oublier la propreté du mix. Certes, l’exercice compilatoire domine ici. L’envie de partager quelques trésors dépasse celle de jouer aux DJs. Mais le mix n’est jamais bâclé. Les Chocaholics gèrent à merveille les transitions. Ils les font longues, douces, toujours appropriées. C’est impeccable jusqu’au final, un "Summertime" apaisé caché en secret track.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi 12 août 2005, 00:58 par pseudzero

merci! (chouette blog au fait)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet