Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LIVING LEGENDS - Classic

, 15:39 - Lien permanent

Les premiers échos à m’être parvenus sur le nouveau Living Legends avant achat étaient les suivants : "un peu mieux que Creative Difference, franchement moins bien qu'Almost Famous". En effet, c’est à peu près ça.

Legendary Music :: 2005 :: acheter ce disque

Le nouvel album des Living Legends s’appelle Classic. Malheureusement, ce titre tonitruant risque de n’être qu’un vœu pieux. On aimerait y croire pourtant, tout est fait pour : un groupe réuni à Hawaï pour l’enregistrer sans se disperser ; une pochette chiadée couleur sépia sur une thématique base-ball ; un agencement intelligent des titres, avec en introduction une explicitation du titre ("Intro") et une présentation collective du groupe ("It’s Us"). C’est du soigné, pour sûr. Mais ce nouvel album n’atteint pas tout à fait son but. Trop souvent, il apporte de l’eau au moulin de ceux qui prétendent que les Legends font un rap ennuyeux et sans vie. Illustration maximale sur le très lassant "Blast Your Radio", une déclinaison du terme "classique" sur fond de basse à décoller les papiers peints et ponctuée de "oh yeah". Ah oui, la production de ce titre est assurée par Madlib et Madlib, c’est forcément génial, certains ont-il entendu dire. Eh bien non, désolé.

Refrains chantés en chœur, retours d’expérience, scènes et leçons de vie, complaintes d’amoureux déçus, voilà de quoi Classic est fait. Ce n’est une surprise pour personne vu que c’est là la recette usuelle aux Living Legends, c’est leur registre, comment dire… classique. Mais cette fois, ça ne marche pas. Pas toujours en tous cas. Il y a bien les productions d’Eligh, légèrement plus funky et vénéneuses que les autres ("It’s Us", "Wise Is the Way"), par exemple quand émerge un synthé ("Down for Nothin'") ou une voix féminine ("After I’m Gone"). Mais celui-ci a manifestement gardé ses meilleures créations pour son dernier album solo et le nouveau 3 Melancholy Gypsies. A part ceux-ci, deux seuls titres émergent, deux titres à piano : une suite au "The Man Who Sold The World" de Bowie plus soutenue que le reste du disque et, bien plus encore, "Never Fallin’", un morceau sur la thématique "la vie ne nous a pas toujours gâtés, mais nous tenons le coup" servi on ne peut mieux par une boucle dénichée chez Eno. Voilà le seul hit de l’album. Les Legends ne s’y sont pas trompés, qui en ont fait le rappel de leur dernière tournée. Mais pour le reste… Le séjour collectif à Maui aurait dû aider le groupe à resserrer les rangs, à retrouver le souffle épique qui fait la force de ses meilleurs morceaux. Malheureusement, il semble les avoir plus endormis qu’autre chose.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet